FOOT - La Fédération ivoirienne traduit la CAF en justice !

news-details
ATTRIBUTION CAN 2021

Nouvel épisode dans le feuilleton rocambolesque de l’attribution des éditions 2019 et 2021 de la Coupe d’Afrique des Nations ! Après avoir dessaisi le Cameroun de l’organisation de la CAN 2019, la Confédération africaine de Football (CAF) avait émis l’idée de confier au pays de Paul Biya l’organisation de l’édition de 2021. Problème, celle-ci était déjà attribuée à la Côte d’Ivoire. Mais, les dirigeants de la CAF, à leur tête leur président Ahmad Ahmad, avaient brandi l’argument qui a servi à écarter le Cameroun de la course pour 2019 : retard conséquent et manifeste dans les chantiers.

Une thèse que les responsables de la fédération ivoirienne de football (FIF) n’entendent pas de cette oreille. En réunion hier, mercredi 12 décembre 2018 à Cocody (Abidjan), l’instance dirigeante du football ivoirien a tapé du poing sur la table et décidé, séance tenante et avec le soutien de l’ensemble de ses composantes, « d’exercer tout recours devant toute juridiction arbitrale ou judiciaire, pour faire valoir ses droits. »

Dans la foulée, la FIF a saisi le Tribunal arbitral du Sport, le même jour, d’un recours contre la décision de la CAF de réattribuer l’organisation de la CAN 2021 au Cameroun. Dans un communiqué qui nous est parvenu, signé de son Directeur exécutif, Jean Baptiste Sam Etiasse, la Fédération ivoirienne déplore le fait que le président de la CAF, le Malgache Ahmad Ahmad, ait pris cette décision « de sa seule autorité et sans aucune concertation préalable avec elle ». La FIF rappelle avoir bénéficié de l’attribution de l’organisation de cette compétition le 20 septembre 2014 par vote de l’unanimité des membres du Comité exécutif d’alors de la CAF et jure avoir œuvré, depuis cette date, à réaliser les travaux en rapport avec le cahier des charges, soulignant ainsi les investissements colossaux déjà consentis à cet égard.

Vous pouvez réagir à cet article