FUITE DES CERVEAUX TUNISIENS VERS AIR SÉNÉGAL

news-details
Transports aériens

Une quinzaine de pilotes tunisiens ont rejoint la compagnie Air Sénégal. D’après leur profil dressé par le président de la Fédération tunisienne des pilotes de ligne (FTPL), Karim Elloumi, "ce sont surtout des instructeurs, c’est-à-dire des salariés avec de l’ancienneté." "Au niveau national, il y a un réel risque de perte d’expérience", s’inquiète-t-il, évoquant une fuite des cerveaux, dans Jeune Afrique.

En autres atouts du pavillon sénégalais par rapport à la concurrence, la "visibilité garantie" par la compagnie ouest-africaine concernant le nombre de vols, "l’organisation du travail" et les "conditions de sécurité", qui attirent ces compétences.

« L’actuelle direction de Tunisair, comme toutes les précédentes depuis dix ans, ne parle que d’économies, de budget, de plans de sauvetage mais jamais de l’aspect opérationnel. Or, la sécurité, notamment, cela compte pour un pilote », justifie l’un d’eux, Karim Elloumi.

Salaire quatre fois plus élevé

Poursuivant, le pilote ajoute "qu’Air Sénégal, en pleine expansion, proposerait un salaire jusqu’à quatre fois plus élevé que le tarif tunisien pour voler sur sa flotte d’Airbus A320/A330."

Le phénomène n’est pas nouveau. Endettée à hauteur de 670 millions d’euros, la compagnie à la Gazelle continue de subir des départs de sa matière grise, non plus uniquement vers l’Europe, l’Amérique du Nord ou le Golfe, mais de plus en plus vers les pays subsahariens.

Un revers qui force Tunisair, qui avait délaissé les destinations continentales, à changer de cap.

Vous pouvez réagir à cet article