Films pornos : L’embarrassant héritage du prince saoudien

news-details
SALES DRAPS

Le défunt prince Saoud Al-Fayçal aurait commandé des films X sur mesure à une société française, sans régler la note. Le tribunal doit rendre sa décision aujourd’hui.

Adultère, pornographie, royauté et impayés. Le scénario est digne d’une série télévisée. C’est pourtant bien le dossier qu’a étudié la 7e chambre civile du tribunal de grande instance de Nanterre au cours des deux dernières années. Au centre de cette affaire, une dette de 90 000 euros que le prince et ancien ministre des Affaires étrangères saoudien Saoud Al-Fayçal aurait laissée avant de quitter ce monde... Et que ses héritières refusent de se résoudre à payer.

En cause, les embarrassantes prestations que recouvre ladite facture. À savoir le tournage de vidéos pornographiques commandées par le défunt prince à la société Atyla par l’intermédiaire de la SCI 25 avenue Bugeaud, un hôtel particulier du très chic XVIe arrondissement où réside la famille royale lors de ses voyages à Paris. Le dû fait blêmir ses filles, les princesses aujourd’hui à la tête de cette société immobilière. Elles plaident le mensonge et refusent de payer la note de leur père, décédé d’une crise cardiaque à Los Angeles en juillet 2015, malgré la procédure engagée devant le tribunal.

La décision doit tomber ce jeudi, mais les deux parties s’inquiètent. Du côté d’Atyla, le règlement de cette facture est essentiel pour maintenir les comptes à flot. Et pour la famille royale -Saoud Al-Fayçal était le cousin de Mohammed Ben Salmane, l’homme le plus puissant de la pétromonarchie - l’acquittement est une question d’honneur. Il en va de la réputation du prince et des siens.

Remake inversé de l’affaire DSK

C’est que le contenu des films en question est compromettant vu d’Arabie saoudite, royaume régi par un islam wahhabiste. Dans le scénario, pas de bondage, ni de violence, mais l’amant doit "dominer" sa partenaire au moyen de son "don divin". Dans les films qu’il aurait commandés, son Excellence ne souhaitait pas voir sa maîtresse attachée. "Ce n’est pas son truc", assure dans un e-mail celui qui se présente comme son assistant personnel, selon des échanges que L’Express a pu consulter.

Il n’aime pas non plus le scénario d’une "adaptation inversée de ce qui se serait passé dans la chambre d’hôtel de Dominique Strauss-Kahn", proposé par le gérant d’Atyla. Ni celui du bijoutier "essayant de profiter de la jeune femme" qui fait appel à ses services. Il préférerait une scène dans laquelle elle ne découvre la présence de son partenaire, caché dans l’appartement, que lorsqu’il commence à la toucher. Il propose également qu’il utilise son pénis pour la gifler - une "bifle", dans le jargon du X - puis qu’il la prenne de force, jusqu’à ce qu’elle "aime ça".

Le script doit correspondre aux désirs et fantasmes du prince saoudien qui rêverait de voir sa maîtresse en action avec un homme noir - une vedette du "porno black" français identifiée par le JDD, qui n’a pas souhaité s’étendre sur le sujet. Pour ces trois films de 45 minutes, l’éminence devait débourser 50 000 euros, auxquels s’ajoutaient 25 000 euros de dépenses. "Principalement des live-show", payés en ligne avec la carte de cette même société, ainsi que 15 000 euros de taxes, énumère l’avocat d’Atyla, Me Ivan Izkovitch.

La société se serait bien gardée de rendre la chose publique, assure le conseil. La famille royale est un client de longue date de ce prestataire de services de conciergerie. Jusque-là, les deux parties collaboraient en toute quiétude. Mais après plusieurs relances et une tentative de règlement à l’amiable, la société de conciergerie s’est rendue à l’évidence : l’affaire doit être tranchée devant un tribunal.

Un puzzle juridique sans contrat

En mai 2017, une assignation en justice est donc envoyée à la SCI 25 Avenue Bugeaud. Face aux magistrats, la société Atyla ne présente cependant aucun contrat. Seulement une facture datant de décembre 2015 et d’un montant de 75 000 euros pour "remboursement de frais bancaires" et "projet personnel". Un obscur intitulé qui explique, selon l’avocat de la famille Me Philippe Bouchez El Ghozi, que sa cliente Lana Al Saoud, gérante de la SCI et fille du dignitaire, ait à l’époque classé le document sans y prêter attention. Jusqu’à la réception d’une mise en demeure, en juillet 2016. "Mon confrère y indiquait qu’il pourrait donner une certaine publicité à l’affaire si la facture n’était pas payée. Pas de quoi effrayer des Saoudiens, habitués à être considérés comme les vaches à lait du monde", souffle Me Bouchez El Ghozi, qui accuse Atyla d’instrumentaliser le tribunal. Et ça ne manque pas ; à peine le TGI saisi, la presse internationale s’empare de la croustillante affaire.

Parmi les preuves que possède le requérant, "des échanges d’e-mails entre celui qui se présente comme le majordome du prince [un certain Antolin Dugenia, selon le dossier] et mon client", explique Me Ivan Izkovitch. Mais malgré les nombreux échanges, la défense récuse le lien entre M. Dugenia et le prince saoudien. "Aucun élément de ces e-mails ne permet d’établir ou de prouver que les destinataires ou émetteurs font partie de l’entourage du prince ou de la famille royale." Par ailleurs, jamais le nom de Saoud Al-Fayçal, éminence royale qui a dirigé la diplomatie saoudienne pendant 40 ans, n’est directement cité. On y évoque "le prince" ou "il".

"Je ne sais pas si cette femme était la maîtresse"

L’identité de l’actrice de ces trois films pornographiques semble, elle, moins obscure, selon Me Izkovitch. L’avocat cite une supposée maîtresse marocaine de Saoud Al-Fayçal. La liaison de Madame N. avec le prince serait un secret de polichinelle, bien que niée dans le clan saoudien. Néanmoins, deux jours après la mort du dignitaire, l’une de ses propriétés des beaux quartiers parisiens a été cédée à la ressortissante marocaine, qui a également raflé la direction d’une agence immobilière de luxe détenue par sa majesté. Pour Me Izkovitch, la proximité entre Madame N. et le prince est évidente : "Quand on n’a rien à voir avec une personne, on ne la fait pas légataire d’un logement coûtant plusieurs dizaines de millions".

Parmi les autres pièces fournies au tribunal, une copie du passeport de Mme N., ainsi qu’une photo de tournage de film. Sur l’image, des écrans d’ordinateurs laissent entrevoir deux scènes, l’une représentant un couple en pleins ébats, l’autre le visage d’une femme ressemblant effectivement à Mme N. "Je ne sais pas si cette femme était la maîtresse. Mais quand bien même, elle a bien le droit de faire ce qu’elle veut de sa vie privée", s’agace Me Bouchez El Ghozi, qui va jusqu’à remettre en doute l’existence même des films. Pour lui, les pièces du dossier ne prouvent en rien l’existence d’une potentielle commande de la part de Saoud Al-Fayçal. Ni sa relation avec Mme N. "Cette allégation sort de la bouche d’Atyla. Mais lâcher une accusation n’en fait pas une vérité."

Une tache sur la mémoire du prince

Étant donné "le caractère particulier des prestations qui sont toutes de nature pornographique", les films n’ont pas été visionnés lors du procès, note l’avocat d’Atyla dans ses conclusions. Il se réserve cependant "la possibilité de le faire si la SCI 25 avenue Bugeaud persistait à contester la réalité de la prestation". Une menace réitérée auprès du JDD l’été dernier, même si Me Izkovitch assure l’avoir dit "pour plaisanter". Du côté de la famille royale, l’heure n’est pourtant pas franchement à la rigolade. "Les gérantes de la SCI sont les filles du prince, rappelle leur avocat. Voyez avec quelle élégance on est venu, un an après la mort de leur père, leur dire : ’votre père commandait des films pornos, merci de payer ses dettes’ !" Pour sa cliente, cette affaire est une véritable atteinte à la dignité et une tache sur la mémoire du paternel. "C’est facile de jeter l’opprobre sur une famille royale saoudienne, vue comme garante d’un islam wahhabite."

Vous pouvez réagir à cet article