G5 SAHEL : RAMA YADE NOTE MACRON

news-details
JURY DU DIMANCHE

Rama Yade, ex-candidate à la présidentielle française, peine à comprendre la frustration du président français, Emmanuel Macron, s’agissant des critiques essuyées sur le G5 Sahel.

Face au ’’Jury du dimanche’’ (JDD) de Mamoudou Ibra Kane, sur iRadio et Itv, elle relève d’abord que « le problème du G5 Sahel, c’est qu’on a beaucoup promis mais qu’on n’a pas assez donné ». Expliquant qu’« il n’est pas normal de laisser les pays de l’Afrique de l’Ouest concernés dépenser le peu de budget qu’ils ont essentiellement dans des actions de sécurité. On, c’est la communauté internationale. Il faut savoir que sur le G5 Sahel repose la sécurité du monde. C’est-à-dire que les attentats terroristes qui se passent au Mali, en Libye, au Niger, au Burkina Faso, ont un impact directement dans les grandes capitales occidentales. Il ne faut pas qu’ils croient que c’est un problème africain, que les Africains doivent gérer tout seuls. Au contraire, on a bien vu que les développements de l’Etat islamique (EI) en Syrie, en Irak, en Libye, ont eu un impact direct à Paris, à Londres, en Espagne, aux Etats-Unis. Donc, nous sommes condamnés à gérer ensemble la question du terrorisme. »

L’auteure de ’’Noirs de France, les Nouveaux Neg’marrons, Récit d’un rendez-vous manqué entre la République et les Afro-antillais’’ ajoute : « Les Africains aussi payent de leur vie le prix très élevé du terrorisme. Il ne faut pas comparer les morts, c’est un engagement qui est égal des 2 côtés. Encore une fois, nous devons être solidaires les uns les autres, et ne pas nous opposer sur cette question-là, cela profiterait trop à nos adversaires, ceux que nous combattons sur le terrain. »

Avant de poursuivre : « Ce genre de guerre ne se gagne pas simplement sur le plan militaire. Nous ne sommes plus à cette époque où il suffisait de déployer des armées sur le terrain pour régler un problème. (Celui) du djihadisme dans le Sahel est bien plus profond que cela. Il y a l’effondrement des Etats d’une part, qui laisse un vide, que comblent beaucoup de groupes et de milices djihadistes, qui vont trouver matière à convaincre les populations qu’ils sont une solution en termes d’électrification, d’accès à l’eau, etc. Il faut qu’on apporte des solutions relatives au développement social, éducatif et humain dans la région. C’est la solution à long terme par excellence. »

S’agissant de la convocation à Pau qui a nourri une vive polémique, Rama Yade dit : « Ils (les chefs d’Etat du G5 Sahel) ont été assez grands pour répondre eux-mêmes au nom de la souveraineté des Etats. Et puis les choses doivent se faire dans des conditions respectueuses de part et d’autre ».

Prévue pour le 16 décembre, la rencontre entre Macron et ses homologues du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) a été finalement repoussée début 2020, en raison d’une attaque terroriste du camp d’Inates, au Niger, faisant 71 morts.

Au moins 25 soldats et « 63 terroristes » tués, c’est le bilan d’une nouvelle attaque enregistrée au camp militaire de Chinégodar, proche de la frontière malienne au Niger, jeudi dernier.

Vous pouvez réagir à cet article