GAMBIE - FACE AU REFUS DES DÉPUTÉS, ADAMA BARROW PROLONGE L’ÉTAT D’URGENCE

news-details
CORONAVIRUS

Suite au refus des députés de proroger l’état d’urgence, le président Barrow a prolongé celui-ci de 21 jours, par décret présidentiel, lors d’une allocution télévisée. Un tel scénario exceptionnel est prévu par la Constitution. Et pour le président gambien, l’heure n’est pas au relâchement, même si la situation semble sous contrôle et que le pays est relativement peu touché avec 24 cas recensés dont 10 actuellement sous traitement. Faisant référence à l’Assemblée nationale dont l’UDP détient la majorité, Barrow a déploré que les querelles politiques aient pris le dessus dans un contexte de crise sanitaire. Extraits du discours de Barrow.


CHIFFRES ALARMANTS

« […] Mes chers compatriotes, d’après nos experts médicaux, si des mesures appropriées ne sont pas prises pour freiner la transmission de la pandémie, au moins 180.000 personnes pourraient contractées le coronavirus en Gambie. Et d’après leur prédiction toujours, au moins 9000 personnes pourraient y perdre la vie. A la lumière de ces chiffres alarmants et sachant que l’état d’urgence de 45 jours précédemment décrétés a pris fin hier, mon gouvernement a souhaité que les parlementaires le renouvèlent de 45 jours. […] »

DÉSACCORDS POLITIQUES

« L’idée c’est de maintenir ou doubler les efforts pour combattre ce pernicieux virus qui nous guette. Malheureusement, nos députés n’ont pas voulu prolonger la mesure durant 72h de débats. 23 ont voté pour, tandis que 25 ont voté contre. Mes chers compatriotes, cette pandémie ne connait pas de limites. L’heure n’est pas à la zizanie, mettons l’intérêt général en avant au détriment de toutes considérations politiques. Nous regrettons que cette institution ait échoué à le faire. J’ai recouru aux prérogatives que me confère l’article 34 alinéas 36 de la constitution pour décréter une période d’état d’urgence qui entre en vigueur aujourd’hui pour 21 jours. Cela, conformément à l’article 34 de notre constitution ».

Vous pouvez réagir à cet article