GAMBIE - LE MINISTÈRE DU COMMERCE MET EN GARDE CONTRE TOUTE SPÉCULATION SUR LES PRIX

news-details
CONSÉQUENCES DU CORONAVIRUS

Les conséquences de la pandémie de Covid-19 sont nombreuses. Au lendemain de l’annonce de l’apparition d’un premier cas coronavirus en Gambie, les consommateurs ont noté une flambée des prix des denrées de première nécessité sur les marchés. Dans un pays à l’économie extravertie, beaucoup craignent une pénurie de denrées dans les prochains jours poussant certains commerçants à spéculer sur les prix. Le secrétaire général dudit Ministère n’exclut pas de mesures coercitives contre les commerçants véreux.
Voici les assurances d’Anna Wade, de la Direction du Commerce intérieur au Ministère gambien du Commerce.

« Ces derniers jours, nous avons remarqué qu’il y a une vague de panique qui a poussé les gens à se ruer vers les marchés et les grandes surfaces pour faire des stocks. Nous voulons rassurer les populations qu’il n y a pas de péril en la demeure. Nous disposons assez de stock pour au moins les deux prochains mois. Il n’y aura pas de pénurie de denrées de première nécessité. Si je prends l’exemple du riz, très consommé dans le pays, il y a un stock pour au moins deux mois et il y a un bateau attendu dans les prochains jours. C’est le cas du sucre aussi dont le stock est assez fourni. Pour ce qui est de l’oignon et de la pomme de terre, nous rappelons qu’il y a déjà un moratoire sur l’importation. La production locale est assez suffisante. En gros, pas de quoi spéculer sur une éventuelle pénurie. Des agents du département du commerce intérieur effectuent souvent des descentes sur le terrain pour contrôler les prix. Ils seront briefés pour prendre des mesures strictes contre les commerçants véreux qui veulent profiter de la situation. En outre, nous avons mis en place une association des consommateurs qui nous alertera en cas de flambée des prix. Si le phénomène persiste, L’Etat n’hésitera pas à sévir pour prendre des mesures coercitives. »

Vous pouvez réagir à cet article