GAMBIE - LE RETOUR EN CLASSES POUR COLLÉGIENS ET LYCÉENS

news-details
Gestion de la Covid-19

Au bout d’une année particulièrement perturbée, les élèves gambiens ont repris le chemin de l’école, ce mercredi. Un retour progressif après 7 mois de fermeture pour les classes intermédiaires. Les élèves du primaire, eux, devront encore patienter jusqu’à la fin du mois. Une rentrée synonyme de retrouvailles pour les élèves très impatients de regagner les classes mais un défi pour le gouvernement tant les difficultés sont nombreuses pour éviter que les établissements se transforment en cluster pour les apprenants. Notre correspondant en Gambie s’est rendu ce matin dans un lycée d’excellence situé en haute banlieue de Banjul. Reportage.

Ambiance de retrouvailles à l’école anglo-arabe de Nusrat. 10h, c’est l’heure de la recréation. On s’embrasse, on s’étreint au bout de sept mois de séparation. Isatou Kinteh, en classe de seconde a rêvé de ce jour depuis mars dernier. « Je suis très ravie de revenir à l’école, s’enthousiasme-t-elle. Mes camarades m’avaient sacrément manqué. On a beaucoup discuté voir comment chacun a vécu la longue séparation ».
Kadiatou Jallow, en classe de première, elle, s’inquiétait pour la santé de ses camarades mais plus de peur que de mal.

« Je suis très contente de retrouver mes camarades de classe sains et saufs au bout de tout ce temps. Certains ont même un joli embonpoint. Cela fait plaisir ». Dans cet établissement, peu d’élèves sont masqués malgré les recommandations de la tutelle. Isatou trouve une explication. « Il y a peu de cas recensés dans le pays. Et les gens n’en n’ont cure désormais ».

Le proviseur explique pourtant que le port du masque est obligatoire mais l’établissement veut harmoniser les choses. « Nous ne voulons pas que chaque élève porte son masque à sa guise comme on en voit de toutes les couleurs. Nous voulons que ça soit uniformisé avec la tenue ».

L’administration reconnait des défis pour faire respecter les gestes barrières mais elle fera face avec les moyens du bord.

Vous pouvez réagir à cet article