[VIDÉO]-GESTION DES DENIERS PUBLICS : ABDOU MBOW EXCLUT LES RESPONSABLES ÉPINGLÉS

news-details
JURY DU DIMANCHE

Les concernés apprécieront. Abdou Mbow, porte-parole en second de l’Alliance pour la République (APR) par ailleurs membre de la commission de discipline du parti au pouvoir, montre le chemin de la sortie aux responsables apéristes, épinglés pour leur gestion, dans les différents rapports publics dont ceux de 2015, 2016 et 2017 de la Cour des comptes publiés dernièrement.

Le député de la majorité présidentielle, Benno Bokk Yakaar (BBY) par ailleurs porte-parole adjoint de l’Alliance pour la République (APR, parti au pouvoir) affiche sa position devant le ’’Jury du dimanche (JDD), émission de Mamoudou Ibra Kane, sur iRadio et Itv, ce 16 février : « Je suis de ceux qui pensent que tous ceux ce qui ont eu des manquements par rapport à la gestion des choses publiques doivent être sanctionnés. Ça, c’est ma conviction. Parce qu’on ne peut pas, aujourd’hui, avec les privilèges qu’on a, être responsabilisés par les populations, et avoir certains manquements graves, à la tête des Institutions. »

A quand les sanctions ? « Le président a annoncé une commission mais je pense, et je connais le président Macky Sall, c’est quelqu’un qui est intéressé par la bonne gestion. Quand il parlait de la gestion sobre et vertueuse, c’est une conviction chez lui, et certainement, ceux qui sont épinglés par les rapports de l’IGE (Inspection générale d’État) ou autres, seront sanctionnés. Ce qui est clair, c’est qu’il ne protégera personne. »

Toutefois, embraie-t-il avec force : « Ma conviction, c’est qu’eux-mêmes ne devraient pas attendre d’être sanctionnés. Ils doivent tirer les conséquences de ces rapports. Quand on est à la tête d’une Institution et qu’on fait des manquements graves, on ne doit pas attendre la sanction du président de la République, on doit prendre ses responsabilités et dire voilà ce que j’ai fait et je prends la responsabilité de rendre le tablier ».

Ainsi, sauf pour les cas de diffamation pour lesquels il concède au responsable « le devoir moral de s’expliquer », une quelconque autre attitude, par exemple « des explications dans la presse », serait « des faux-fuyants ».

Vous pouvez réagir à cet article