image

"HAUSSE IMMINENTE DU PRIX DU CIMENT"

image

La crise entre la Russie et l’Ukraine pourrait avoir des répercussions sur l’industrie du ciment. Ousmane Mbaye, le directeur administratif et financier de Dangote ciment a fait l’alerte au cours d’une visite dans les périmètres de l’industrie. En effet, Dangote Ciment utilise comme combustible le charbon venant des pays africains comme le Mozambique et l’Afrique du Sud. L’industrie importe également du charbon en provenance de l’Asie plus précisément de la Russie.

Ousmane Mbaye révèle même que les coûts du charbon ont connu une hausse depuis deux ans à travers le monde. La crise entre la Russie et l’Ukraine ne fera qu’aggraver les choses. Dans la même dynamique, le responsable administratif et financier de Dangote informe que la cimenterie a perdu 20% de sont chiffre d’affaire au Mali depuis la fermeture de la frontière entre le Sénégal et le pays frère du Mali.

Les ingrédients semblent se réunir pour que le prix du ciment connaisse une hausse
"Nous sommes dans un contexte assez difficile. Il faut savoir que nous utilisons comme source d’énergie le charbon. Et ce charbon est nécessaire pour la production du ciment, c’est un intrant qui représente 60% de nos coûts variants. Depuis 2020, le coût du charbon a augmenté de plus de 140%. Cela veut dire que nos coûts de production ont augmenté. La particularité de Dangote au Sénégal est que nous avons atteint notre capacité de production depuis 2020. Cela veut dire que notre chiffre d’affaire n’augmente plus depuis 2020 en même temps, les coûts sont en train d’exploser et cela a un impact assez important sur nos résultats", explique Ousmane Mbaye.

"Protéger les consommateurs et les industriels"
"La seule solution il faut essayer d’augmenter les prix. Ce qui est difficile pour l’Etat qui doit aussi protéger le pouvoir d’achat des consommateurs sans oublier l’industrie parce que sans industries et sans production, il n’y a pas de pouvoir d’achat.
Il faut prendre en compte la crise au niveau de la Russie avec la guerre en Ukraine. Le charbon du moins une partie vient de Russie. Si le marché Russe ne peut plus livrer cette matière qui est le charbon. Il y’aura une tension dans les autres marchés et une tension veut dire tout simplement une augmentation des prix. Il ne faut pas rêver les coûts vont continuer à augmenter", annonce t-il.

La fermeture de la frontière malienne
"Il ne faut pas occulter le contexte sous régionale avec la fermeture de la frontière entre le Sénégal. Nous, nous exportons au Mali et cela représente presque 20% de notre chiffre d’affaires que nous avons perdu depuis cette décision.
Nous lançons ce cri de cœur pour dire à l’Etat attention ! Il faut aider les industriels"

À la question de savoir si la hausse des prix du ciment est inéluctable, Ousmane Mbaye dira ceci : " c’est une question de survie. Il faut protéger les investissements et protéger les emplois qui vont avec.
Nous le répétons souvent, le prix du ciment n’est pas cher au Sénégal. Il faut le comparer aux pays de la sous-région ou les autres qui ont les mêmes matières premières que le Sénégal et qui ont aussi des ports, là-bas le prix du ciment à la tonne tourne autour de cent mille francs, alors qu’ici c’est entre soixante mille et soixante dix mille qui dépend du type de ciment.

Au Sénégal le prix du ciment a été homologué depuis le mois de février. Ce qui n’était pas le cas avant. Une homologation faite pour protéger le pouvoir d’achat des Sénégalais, mais l’Etat doit savoir que les industries passent actuellement des moments très difficiles avec des coûts qui explosent"

Isidore Alexandre SENE
(Correspondant à Thiès)

10 mars 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article