HISTOIRE GÉNÉRALE DU SÉNÉGAL : « IL FAUT POSITIVER LES CRITIQUES »

news-details
LR DU TEMPS

Les invités de LR du temps, ce dimanche, 22 septembre, se sont également prononcés sur le débat portant sur l’histoire générale du Sénégal. Pour Dr Cheikh Gueye, il n’y a pas un grand problème dans l’œuvre produite par Iba Der Thiam et ses collaborateurs. Ce, d’autant plus que sur les 5 volumes qui sont sortis, il n’y a que le troisième volume, qui fait 750 pages, qui pose. Pour lui, cette réaction autour de la production doit être positivée. « Il y a des limites et lui-même le reconnait. On ne peut pas associer précipitation et précision. Je pense qu’il y a eu précipitation et tentative d’utilisation politique de certaines productions. Une recherche scientifique ne peut pas être prisonnière de ce type de démarche. Toutes les réactions montrent que les gens veulent une réussite de l’initiative et avoir une histoire consensuelle. Et cela ne sera pas possible si on ne convoque pas toutes les ressources », a soutenu le professeur Cheikh Gueye. Avant d’ajouter : « Il faut prendre le temps de bien discuter avec tout le monde, de faire toutes les corrections possibles. Si on laisse le projet mourir juste à cause des problèmes que posent certains, ce serait une grossière erreur pour la nation. Il faut que tout soit repris pour que tout le monde s’y retrouve ».

Abondant dans le même sens, Ibrahima Dia indique que c’est un débat et, comme dans tout début, il y aura des erreurs, des imperfections. « Si c’était parfait ça allait nous étonner. C’est bon que cela ne soit pas parfait pour qu’il ait des réactions et qu’il ait un débat. Ensuite, il faudra qu’il ait d’autres écrits contradictoires par rapport à cette histoire générale. C’est cela qui enrichit l’histoire. Il faut positiver les critiques », dit-il.

Vous pouvez réagir à cet article