HOMMAGE AUX VICTIMES : UN DEUXIÈME "DEUIL NATIONAL", CE VENDREDI

news-details
MANIFESTATIONS

Les jours de deuil national s’enchaînent au Sénégal. Après celui décrété, hier jeudi, 11 mars, par le chef de l’État, Macky Sall, c’est au tour du Mouvement pour la défense de la démocratie (M2D) de rendre hommage aux victimes, onze, des violentes manifestations.

Le M2D, composé de partis politiques, de l’opposition parlementaire et d’organisations de la société civile, a également appelé à un rassemblement demain samedi.

Déjà, "le plus important, c’est que tous les Sénégalais partout où ils sont, sont en train de commémorer, de prier pour le repos de l’âme de ceux qui sont morts. Tous les Sénégalais commémorent, c’est ça qui est mort", a souligné le coordonnateur du mouvement ’’Y’en a marre", Aliou Sané, interpellé sur le deuil national décrété par le chef de l’État, Macky Sall.

Ce, même si l’ex-ministre, Jean Paul Dias, contacté par iRadio a précisé que seul le président de la République est habilité à prendre une telle décision. "Ce mouvement est une association, si tant est qu’elle l’est parce que je sache, elle n’a pas formalisé ça au niveau du ministère de l’Intérieur. C’est un regroupement qui n’a pas compétence à décréter un deuil national. C’est le président de la République qui a l’autorité de mettre les drapeaux en berne parce que c’est lui qui dispose de la Fonction publique, etc. Ce n’est pas une association ou un simple regroupement. Ils peuvent appeler à une journée de prières ou de recueillement mais ils ne peuvent rien imposer au service public par exemple."

Dans tous les cas, ce même vendredi, 12 mars, à partir de 15 heures, une séance de récital de Coran est prévue à la Mosquée Massalikoul Jinann, à la mémoire des onze disparus lors des manifestations.

Vous pouvez réagir à cet article