« IDENTIFIER LE MAXIMUM DE CAS ET PRENDRE LES MESURES IDOINES »

news-details
AMADOU A. SALL, INSTITUT PASTEUR

2 mars 2020 - 2 mai 2020 ! Cela fait deux mois, jour pour jour, que le Sénégal a enregistré son premier cas de coronavirus. Sans perdre de temps, un dispositif sanitaire a été mis en place pour éviter la propagation de la maladie pathogène. A cet effet, le rôle assigné à l’Institut Pasteur de Dakar a été, selon son Directeur Amadou Alpha Sall, de faire des tests de diagnostic mais aussi d’appuyer la lutte à travers la participation à des instances stratégiques et de coordination. L’IPD a aussi apporté son expertise en épidémiologie, en recherches cliniques et en analyse des données pour suivre l’évolution de l’épidémie.

Amadou Alpha Sall de rassurer : « Les laboratoires sont organisés, les capacités ont été augmentées afin d’identifier le maximum de cas et prendre les mesures idoines dans ce sens ». D’après M. Sall, ce qu’on peut remarquer de cette épidémie est l’augmentation significative des nombreux de tests qui a été fait avec un pic qui a été atteint le 1er mai. « Il parait important de signaler qu’à la demande du ministère de la Santé, la capacité a été augmentée au cours de ces dernières semaines pour permettre d’accommoder cette stratégie qui permet de résoudre cette épidémie à travers une recherche active des cas dans les communautés. Cela n’altère en rien la capacité de traitement », a indiqué M. Sall.

« L’institut Pasteur a effectué, à ce jour, 16 328 prélèvements pour des cas suspects des contacts à travers un laboratoire central à Dakar et deux laboratoires mobiles déployés à Touba et à Kolda pour renforcer la lutte dans les régions. Le laboratoire de Dakar a, à ce jour, testé 12 331 prélèvements. Celui de Touba a testé 2341 prélèvements de neuf régions du Sénégal et celui de Kolda, depuis le 9 avril, a eu à tester 1656 prélèvements pour quatre régions », a expliqué, dans le détail, le directeur de l’Institut Pasteur.

Vous pouvez réagir à cet article