IDY DÉCHIRE LE "PSE" DE MACKY ET PROPOSE SA VISION EN CHIFFRES

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2019

D’habitude, les candidats à l’élection présidentielle utilisaient des slogans pour présenter leur programme. Mais, la Coalition "IDY2019" a voulu faire dans l’innovation en utilisant des chiffres, dans un programme intitulé ’’VISION 1-3-15-45’’. Si tout le monde attendait qu’Idrissa Seck décortique ledit programme, il a fait faux-bond. C’est finalement le porte-parole du parti Rewmi, Dr Abdourahmane Diouf qui a animé cette conférence de presse aux allures d’un meeting politique. M. Diouf a ainsi, pendant plus de 3 tours d’horloge, expliqué la vision de leur coalition et les actions qu’Idrissa Seck compte mener une fois porté à la tête de la magistrature suprême. Il a commencé par donner la signification de chacun des chiffres choisis.

Le chiffre 1 représente l’unicité. Car, selon Abdourahmane Diouf, au-delà des apparences le Sénégal est un et indivisible. Et, dit-il, Idrissa Seck, une fois élu, va travailler pour tout le Sénégal. Le 3, ce sont les trois axes programmatiques que sont la Gouvernance, l’Economie et la Sécurité. Ces trois axes, promet le porte-parole du Rewmi, seront pérennes durant un éventuel quinquennat du candidat Idrissa Seck. S’agissant du chiffre 15, ce sont les 15 visions patriotiques de la coalition. Et enfin, le chiffre 45 représente les déclinaisons thématiques.

Rationalisation de l’Administration publique et des institutions

Revenant sur les changements qu’Idrissa Seck veut apporter dans le pays si les Sénégalais lui confient les rênes du pays, le porte-parole du Rewmi révèle que son leader s’engage à rationaliser Administration publique et motiver les employés de la fonction publique. De même, il promet d’organiser un concours sous forme d’appel d’offres pour certains postes qu’il juge important et qui, aujourd’hui, sont politisés.

S’agissant des institutions, la Coalition IDY 2019 promet de rationaliser le pouvoir du président de la République et de revoir à la baisse l’argent mis dans la caisse noire de ce dernier. Egalement, rapporte Abdourahmane Diouf, Idrissa Seck fera en sorte que les élections législatives soient un scrutin à deux tours pour lutter contre la majorité mécanique à l’Assemblée nationale. La justice ne sera pas en reste puisqu’il promet, s’il est élu, d’apporter une forte réforme dans ce secteur pour prévenir et protéger l’impartialité des juges. Etayant ses propos, il rassure que le chef de l’Etat ne sera plus président du Conseil supérieur de la magistrature.

Un observatoire national de l’eau pour réguler le secteur

Ayant toujours exprimé son désaccord sur la loi sur le parrainage qui, selon lui, est mis en place pour éliminer des adversaires, Idrissa Seck s’engage à organiser une élection présidentielle sans filtre de candidat et avec un bulletin unique. Pour ce qui est des politiques fiscales, il s’engage à protéger les faibles et faire contribuer les forts, sans les asphyxier. De même, il promet de garantir la souveraineté alimentaire et protéger l’agriculture familiale. Dans le domaine de l’hydraulique et de l’assainissement, le leader de la coalition IDY 2019, compte, s’il est élu chef de l’Etat, mettre en place un observatoire national de l’eau qui va réguler le secteur. Il compte universaliser, privatiser et libéraliser le secteur de l’eau. Car, à son avis, la privatisation doit être complétée par la libéralisation. Et pour y arriver, il choisira le format des télécommunications avec plusieurs opérateurs.

Un audit de tous les contrats pétroliers signés par Macky Sall

Le secteur de la communication sera également régulé. Idrissa Seck, rapporte son porte-parole, va délester la Rts des revenus publicitaires et mettre en place un système de compensation. Toute la publicité, soutient-il, va aller aux télés et radios privées et le directeur de la Rts sera nommé sur appel d’offre. Idrissa Seck ne fait pas partie des leaders politiques qui demandent au Sénégal de sortir de la zone Cfa. Le franc Cfa, renseigne Abdourahmane Diouf est dans un processus de dépérissement graduel. « Nous aurons bientôt une monnaie unique. Donc, notre position c’est de ne pas nous acharner sur le franc Cfa », a-t-il indiqué. Pour ce qui est des contrats pétroliers signés par le régime de Macky Sall, le chef de file de la coalition IDY 2019 n’est pas forcément dans la logique de les remettre en cause mais, promet de tous les auditer et de mettre en place une équipe de négociateurs permanents qui travaillent par anticipation.

Vous pouvez réagir à cet article