image

« IL EST IMPORTANT QUE LES SÉLECTIONS AFRICAINES MONTRENT QU’IL FAUT COMPTER AVEC ELLES »

image

À 32 ans, Nicolas Nkoulou fait partie des tauliers de l’équipe du Cameroun. À la sortie d’un match bouleversant face à la Serbie, l’ancien défenseur de l’Olympique de Marseille s’est exprimé en exclusivité au micro du groupe Emedia, pour partager ses émotions et son espoir.

Vous sortez d’un match hyper compliqué, mais par les tripes, le Cameroun est parvenu à chercher le point du nul. C’est peut-être ce niveau d’engagement montré en 2e mi-temps qu’on attendait ?

Oui on attendait sûrement un engagement pareil. Mais je pense qu’on aurait dû le faire avant et ne pas être tout le temps dans la réaction. Pour moi, il y avait de la place pour faire mieux. On a fait une belle entame de match mais malheureusement on a eu ce coup de moins bien qui parfois nous pénalise. Heureusement pour nous qu’on a su faire preuve de force, d’union pour revenir au score.

En tant que défenseur, on imagine qu’il y a quand même cette frustration d’avoir pris trois buts…

Ce n’est jamais plaisant pour un défenseur de prendre des buts. On n’était pas contents. On n’est toujours pas contents. Mais c’est fait. On va déjà s’appuyer sur ce point qui nous maintient en vie. Ça aurait été pire si on n’avait pas pris ce point-là. On va garder le positif et rester optimiste.

Etre dans une situation de devoir battre le Brésil pour se qualifier, ce n’est pas une mince affaire…

Vous savez, la magie du football… Dans un match, tout est possible.

Pour un joueur d’expérience comme vous, Vincent Aboubakar ou Choupo Moting, quand l’équipe passe des moments assez difficiles, quelle est la posture à adopter et le discours à partager ?

Les joueurs ne sont pas les mêmes. Chacun avec sa façon d’apporter ce qu’il a de plus précieux, surtout en ces moments-là. Il faut prendre sur soi, il faut rassurer les plus jeunes et puis donner tout ce qu’on a.

Les sélections africaines se sont quelque peu rebiffées en cette 2e journée. Qu’est-ce qui manque pour enfin avoir cette présence massive dans les phases à élimination directe ?

Il est important que les sélections africaines montrent qu’il faut compter avec elles. Je pense qu’il est déjà intéressant que l’on commence à compter sur nous. Que l’on montre qu’on est là. À force de répétition, on va passer le cap. On est satisfait de ce qu’on montre aujourd’hui. Par le passé, souvenez-vous de ce qu’on disait des équipes africaines. Aujourd’hui, il y a du positif mais il y a toujours moyen de faire encore mieux. Bonne chance à nos sélections et bon courage à tous.

Il y a eu ce petit quiproquo concernant le gardien Onana écarté à la veille du match. Peut-on savoir ce qui s’est réellement passé ?

Très honnêtement, je vais rester à ma place de joueur. J’ai été aussi surpris que vous. Après, il y a des gens qui sont qualifiés pour parler de ces événements…

Ça ne risque pas de perturber le groupe ?

Non, pas du tout. Je ne pense pas qu’on a été perturbés pour notre match d’aujourd’hui.

De nos envoyés spéciaux Babacar Ndaw FAYE,
Saikou SEYDI et Ousmane NIANG

29 novembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article