image

« IL FAUT TROUVER DES SOLUTIONS POUR SON OPTIMISATION » (MOUSSA BALDÉ)

image

Le ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), Moussa Baldé, a présidé, ce mardi, l’ouverture du forum de l’Académie Nationale des Sciences et Techniques du Sénégal (ANSTS) sur le processus d’industrialisation du Sénégal : apport du capital humain à travers les Sciences, les Technologies, l’Ingénierie, les Mathématiques (STEM). Cette rencontre est organisée en collaboration avec le Ministère du Développement industriel et des PMI, ainsi que de celui chargé de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Insertion. S’exprimant à cette occasion, Moussa Baldé a soutenu que la forte présence des membres du Gouvernement à cette présente cérémonie prouve tout l’intérêt que notre pays le Sénégal porte à ce forum ainsi que ses fortes attentes des conclusions qui en seront issues. Par ailleurs, renseigne le ministre de l’Enseignement supérieur, les problèmes liés à l’utilisation des sciences et de la technologie dans le but de promouvoir l’industrialisation, l’Emploi et l’Insertion des jeunes et des femmes, constituent une préoccupation majeure qui figure au cœur de toutes nos politiques publiques, exprimées à travers les différentes articulations du Plan Sénégal Emergent (PSE).

« C’est la raison pour laquelle, pour le Gouvernement, cette rencontre est un moment privilégié de réflexion et d’échanges dans la recherche et l’identification des pistes les meilleures, attendues de l’utilisation des STEM dans le processus d’industrialisation de notre pays », a-t-il dit. Avant de continuer : « ce cadre doit nous donner l’occasion de procéder à un diagnostic, d’interroger l’existant, nos pratiques et l’articulation de nos moyens en rapport avec nos ambitions. En même temps, il s’agira d’identifier nos forces et faiblesses et de nous projeter vers le futur que nous voulons assigner à l’optimisation du processus d’industrialisation de notre pays à travers une meilleure utilisation des STEM. C’est, en tout cas, le vœu de Monsieur le Président de la République, Macky Sall, dont les pertinentes directives et instructions ont amené le Gouvernement à réaliser plusieurs actions allant dans ce sens, à savoir : l’appui à la mise en place de plateformes d’enseignement à distance à travers le projet « Smart Education » ; l’ouverture effective des ISEP de Thiès, Diamniadio, Bignona, Matam, et Richard-Toll, sans oublier ceux en cours de réalisation de Kaffrine, Kaolack, Kédougou, Kolda, Tambacounda, Sédhiou, Fatick et Louga qui seront complétés par neuf (9) autres ISEP afin de couvrir les quatorze régions du Sénégal. À cela, il convient d’ajouter la mise en place de plateformes d’enseignement bimodal ainsi que la dématérialisation des procédures ; toutes choses qui devraient réduire, sensiblement, le déficit d’articulation entre l’Université, l’Entreprise et le Marché ; une insuffisance qui, de l’avis de tous, constitue la principale limite à l’insertion socio-professionnelle des jeunes diplômés ».

Pour finir, il a réaffirmé toute l’attention et toute la disponibilité des pouvoirs publics sénégalais à accompagner toute démarche visant à solutionner cette délicate question de l’optimisation du processus d’industrialisation de notre pays. Aussi, assure-t-il, le Gouvernement ne ménagera aucun effort pour la prise en compte des résultats recommandations issues des travaux, « pour autant que ces derniers pourront entrer dès l’instant qu’elles seront en cohérence avec les objectifs du Plan Sénégal Emergent en général, et avec ceux de notre Nouvelle politique Industrielle 2021-2035, en particulier ».

Cheikh Moussa SARR
Pape Doudou DIALLO (Photo)

18 octobre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article