« IL N’Y A PAS DE CRISE QUI PEUT JUSTIFIER LA NÉCESSITÉ DE DIALOGUER »

news-details
LR DU TEMPS

Les personnalités désignées pour mener le dialogue national, lancé mardi dernier, 28 mai, par le chef de l’Etat, ne devraient pas avoir de difficultés dans leur mission. C’est en substance, l’avis de Valdiodio Ndiaye, coordinateur de la plateforme « Sunu Élection », et Abdoulaye Diallo, enseignant-chercheur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad). Les deux invités de l’émission Lr du Temps sur iRadio (90.3) pensent que tout a été dit dans les précédents dialogues en l’occurrence les Assises nationales et la Commission nationale de réforme des institutions (Cnri).

« Ils ne peuvent pas faire fi des résultats produits par les assises et la Cnri », clame Diallo. Pour lui, les réflexions sont déjà là. Il faudrait tout simplement les réactualiser. « Il n’y a pas de crise qui peut justifier la nécessité de dialoguer tout le temps », argumente le professeur.

Acteur sur le processus du cadre de concertation du dialogue politique, Valdiodio Ndiaye est en phase avec l’analyse de l’enseignant-chercheur. « Il y a une bonne base qui est déjà là. Il faudrait simplement la mettre à jour », renchérit Ndiaye. Qui défend la sortie d’Abdoulaye Bathily s’indignant contre l’ouverture du dialogue national. Pour Bathily également, il n’y a pas nécessité à dialoguer car, tout a été dit dans les Assises.

Vous pouvez réagir à cet article