ILS NOUS ONT QUITTÉS EN 2019...L’AUTOMNE DES PATRIACHES

news-details
RÉTRO

Ousmane Tanor Dieng, Jacques Diouf, Amath Dansokho, Momar Seyni Ndiaye, Colette Senghor, Abdourahmane Camara...l’année 2019 a été marquée par la disparition de grandes personnalités. Dans le second volet de cette série, emedia.sn, revient sur ces figures qui nous ont quittés cette année.


Ousmane Tanor Dieng

Le 15 juillet 2019, un malheur s’abat sur les Sénégalais. Il s’agit du décès, à Bordeaux, du secrétaire général du Parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng, des suites d’une maladie. Ousmane Tanor Dieng était le président du Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT) du Sénégal. Longtemps ministre d’Etat sous Abdou Diouf, il a hérité du poste de secrétaire général du PS après la perte du pouvoir en 2000. Allié du président Macky Sall depuis 2012, il était la troisième personnalité de l’Etat du Sénégal. Un drame a été évité de justesse lors des funérailles du défunt à Nguéniène. La voiture du président de la République Macky Sall a pris feu à l’entrée de la localité où il se rendait pour assister à la prière mortuaire de Ousmane Tanor Dieng.


Jacques Diouf

Jacques Diouf est décédé le 17 août 2019 en France des suites d’une longue maladie, également. Diplomate connu pour son pragmatisme, Jacques Diouf est né le 1er août 1938 à Saint-Louis. Nommé secrétaire d’État à la Recherche scientifique du Sénégal par le président Léopold Sédar Senghor en 1978, il fut député de Saint-Louis de 1983 à 1984. Avant de quitter le Sénégal pour travailler au Centre de recherche pour le développement international à Ottawa, à la Banque centrale de l’Afrique de l’Ouest, avant de devenir, en 1991, ambassadeur de son pays au siège des Nations unies à New York.

Amath Dansokho

6 jours après le décès de Jacques Diouf, une autre figure emblématique de l’histoire politique du Sénégal est rappelée à Dieu. Il s’agit de Amath Dansokho. Né le 13 janvier 1937 à Kédougou, dans le sud-est du pays, il est décédé à 82 ans des suites d’une maladie. Allié du président de la République, Macky Sall, Amath Dansokho a, pendant de nombreuses années, dirigé le Parti de l’indépendance et du travail (PIT).

Le 28 octobre 2019, le secrétaire général du Mouvement des Forces démocratiques de la Casamance est tué lors d’une fusillade ayant occasionné 2 autres blessés graves. Il a été assassiné alors qu’il prenait part à une fête traditionnelle organisée dans son village à Mlomp. Le Procureur de Ziguinchor a ouvert une information judiciaire pour l’élucidation de cette affaire.

Colette Senghor

Un autre décès qui a marqué les sénégalais en 2019 est celui de Colette Senghor, épouse et muse du défunt 1er président de la République du Sénégal, Léopold Sédar Senghor. Elle est morte à l’âge de 94 ans dans sa maison de Normandie. Sa dépouille rapatriée au Sénégal, elle repose depuis le 27 novembre 2019, au cimetière de Hann Bel Air, à Dakar, auprès de son époux et de leur fils, Philippe. Ce, après que le Sénégal lui a rendu un vibrant hommage.

Dans la foulée, le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse a annoncé que les corps de Colette, Léopold Sédar Senghor et Philippe, seront transférés à Joal.

Abdourahmane Camara

La grande faucheuse n’a pas épargné, également, le milieu de la presse.
Abdourahmane Camara, le Directeur de publication de Walf Quotidien est décédé le 15 décembre 2019, au Maroc, des suites d’une longue maladie. Un journaliste talentueux, effacé venait ainsi de s’en aller. Professionnel rompu à la tâche, il était un modèle du respect de l’éthique et de la déontologie du métier. Ses paires, lui rendant hommage, retiennent de lui une personne véridique, très digne et pieuse. Depuis sa sortie du Cesti en 1982, Camou, comme l’appellent les intimes, n’a travaillé que pour Sidy Lamine Niass. Avant lui, Momar Seyni Ndiaye, journaliste et analyste politique, mourrait à Dakar à l’âge de 62 ans.

Vous pouvez réagir à cet article