IMAGES - LA PRESSE REND HOMMAGE À SES SOLDATS TOMBÉS AU FRONT

news-details
LEVÉE DE CORPS

La morgue de l’hôpital Principal de Dakar a encore témoigné de la peine que la mort inflige. Toute la presse sénégalaise s’y est donnée rendez-vous pour assister à la levée de corps des agents de Leral TV, qui ont perdu la vie alors qu’ils étaient en mission, dans le cadre de la tournée économique et sociale du Président Macky Sall.

C’est une foule immense composée de journalistes, hommes politiques, familles des victimes entre autres anonymes qui était présents pour rendre un dernier hommage à ces braves agents, morts en héros. Les trois corps disposés dans trois corbillards différents, seront conduits dans leurs régions d’origine : le chauffeur Ousmane Ndiaye à Touba, le cameraman Mamadou Yoro Diallo à Ziguinchor et le journaliste Abou Mamadou Sy à Podor.

Des hommes et des femmes inconsolables, ils avaient tous des visages pantois, tous défigurés par les émotions qui ont surgi aujourd’hui. Des t-shirts sur lesquels sont imprimées les photos des trois victimes sont distribués par des jeunes, aux personnes présentes à la morgue. Malgré la forte mobilisation notée, la cérémonie de levée de corps ne s’est pas tenue comme prévue, tout s’est fait en privée. Toutefois, les témoignages et commentaires fusaient de partout.

Présent à la cérémonie en compagnie de quelques collaborateurs, le Directeur général du groupe Emedia, Mamoudou Ibra Kane, s’est exprimé sur la perte subie par la presse : "Nous avons perdu des promesses, c’est comme cela que je les appelle. Des promesses d’un journalisme qui est une profession noble mais aussi des promesses de relèves car nous tous nous sommes de passage et à mon avis, ces trois jeunes étaient bien préparés pour assurer la relève. Nous les perdons aujourd’hui mais continuons à vivre avec leurs mémoires. Nous prions pour qu’ils reposent définitivement en paix et également apportons toute notre compassion à leurs familles, à Dame Dieng, à toute l’équipe de Leral et à l’ensemble de la presse sénégalaise".

Madiambal Diagne, autre grand nom de la presse, patron du groupe Avenir communication, était aussi présent. Pour lui, "c’est une perte tragique et une douleur immense pour l’ensemble de la presse mais également pour la population sénégalaise. Ce sont des jeunes qui étaient en activité professionnelle et qui ont été fauchés à la fleur de l’âge et ça rend la tragédie beaucoup plus difficile à supporter. Mais, on ne peut que s’en référer au Bon Dieu et prier pour qu’Il les accueille au paradis et prier pour qu’Il laisse aux proches, aux collègues... la foi et la force de pouvoir supporter la douleur et le deuil".

Le 31 mai, journée noire pour la presse ?

Honorer les victimes à titre posthume, c’est l’une des suggestions faites par les journalistes. Mais une journée consacrée à la mémoire des défunts, est également soulevée comme tactique à adopter à chaque fois que cette journée reviendra. Maïmouna Ndour Faye, directrice de 7tv l’a bien exprimé. "Nous pouvons commémorer cette journée dans les jours à venir en faisant peut-être pendant 30 minutes au niveau des télévisions qu’on fasse écran noire, dans la presse écrite, mettre des bandeaux pour rendre hommage à ces jeunes et magnifier leur sens du devoir accompli".

Pour Mamoudou Ibra Kane, "le meilleur hommage qu’on peut rendre à ces jeunes journalistes que nous avons perdus mais aussi à l’ensemble de la presse qui fait son travail, c’est beaucoup plus de reconnaissance. Il faut qu’on profite de cette circonstance certes malheureuse, pour donner un peu plus de respect et de considération à la presse".

- 

Vous pouvez réagir à cet article