IMAGES - QUAND SERIGNE SALIOU ET SERIGNE KHADIM THIOUNE, LES FILS DE CHEIKH BÉTHIO, CONSOLENT LES TALIBÉS

news-details
NÉCROLOGIE

La nouvelle du décès de Cheikh Béthio Thioune s’est propagée comme une trainée de poudre. À la cité Keur Gorgui où habite son fils ainé, Serigne Saliou Thioune, il n’y avait pas une très grande affluence après l’annonce de la disparition du guide des thiantacones. Seuls quelques journalistes étaient là pour immortaliser les premières images de la famille du « Cheikh » après sa disparition.

Le chef des lieux n’est pas sur place. Serigne Saliou Thioune a quitté son domicile, ce matin de bonne heure pour se rendre à Touba, nous signale le chambellan trouvé sur place. Selon lui, seul son boss est habilité à parler de la situation. Personne d’autre. Mais son injonction ne sera pas respectée. Des proches, venus s’enquérir de la situation, n’ont pas manqué de livrer leurs sentiments. « La nouvelle m’a trouvé à Thiaroye Azur. J’ai repiqué tout de suite », fait savoir Talla Mboup. L’homme qui se présente comme l’oncle de Cheikh Béthio témoigne. « Il était un homme bien. Nous ne pouvons que s’en remettre à Dieu et prier pour le repos de son âme ». « Toute sa vie durant, il a travaillé pour la grâce de Serigne Saliou. Il aimait tout le monde y compris les membres de sa famille. Cheikh Béthio était un homme bien. C’est lui qui nous éduqué. Il a tout fait pour nous », renchérit son neveu, Mamadou Dione.

C’est à la 18h que le 4x4, de marque Ford, couleur bleue, est garée devant le domicile. Tout de blanc vêtu, le fils aîné du défunt Cheikh, Saliou Thioune est accompagné par son jeune frère, l’ancien député, Khadim Thioune. De retour de la ville sainte de Touba, Chez le Khalife, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké, dit avoir appris la nouvelle à Touba. Pour l’instant, il est compte se concerter avec tous les membres de la famille pour prendre une décision sur la conduite à tenir.

À l’intérieur de la maison, une imposante bâtisse de 2 étage et de couleur beige, de vielles femmes arrivent par groupe. Certaines d’entre elles se signalent dès qu’elles franchissent le portail de la maison. Téléphone scotché à l’oreille, Khadim Thioune ne manque pas l’occasion d’interrompre sa communication pour calmer ses dames qui pleurnichaient. Après une conversation d’une trentaine de minutes, Saliou Thioune et ses frères décident de rejoindre la maison de leur défunt père à Mermoz. Stoïques malgré la douleur, ils se chargent même de consoler les nombreux talibés et admirateurs de leur père, qui semblaient perdus depuis l’annonce du décès de Cheikh Béthio Thioune.

Vous pouvez réagir à cet article