image

IMAMS ET ÉVÊQUES PRÊCHENT LE PACIFISME

image

Les appels à la paix, en perspective des élections locales, se multiplient. Après la charte de non-violence, initiée par le Cudis (Cadre unitaire de l’islam au Sénégal), c’est au tour des Évêques, Imams et Oulémas de lancer un message de paix aux acteurs politiques, en particulier. ‘’ Non à la violence’, ont, d’emblée lancé les religieux. Face à la presse, à la Cathédrale de Dakar, ce lundi, ils ont, également, appelé le peuple au calme. « Nous nous adressons au peuple sénégalais au nom de la paix. Que cette paix soit notre viatique, partout où nous nous trouvons, quelles que soient la source de nos actes et paroles. Tout ce qui ne contribue pas à la paix peut entraîner des violences. Et personne ne peut mesurer les conséquences de la violence », a déclaré, Imam Moustapha Gueye. « Nos propos s’adressent, de manière particulière, à tous les candidats à ces élections territoriales, ceux de la mouvance présidentielle, de l’opposition, comme de la partie civile. Nous les invitons tous au respect des personnes et des institutions, tant dans leurs discours que dans leur façon de faire. En effet, personne ne doit mettre en danger la vie et la stabilité de notre nation, à travers des propos ou des comportements qui incitent à la violence », renchérit, le Secrétaire général de la conférence épiscopale des Évêques du Sénégal, Abbé Augustin Diaw.

Les élections territoriales sont prévues le 23 janvier 2022. Pour les religieux, l’assurance de son bon déroulement est un défi majeur pour tous les citoyens. Et même si les enjeux sont énormes et les ambitions, nourries par les uns et les autres, légitimes, les Imams, Oulémas et Evêques du Sénégal estiment que la sérénité doit guider le pas des acteurs. « Il demeure clair, bien évidemment, qu’en de pareilles circonstances, les légitimités politiques puissent vite transformer en de graves conflits pouvant entraîner de regrettables agissements à l’encontre de la paix et de la stabilité de notre Pays, si l’on n’y prend pas garde », a déclaré Abbé Augustin Diaw. Qui rappelle : « Compte tenu des enjeux de ces élections locales, que tous portent le souci du développement harmonieux de leurs localités respectives, dans la perspective de collaborer avec toutes les ressources humaines de leur terroir, sans exception, pour le bien et l’intérêt des populations. Le principal enjeu de ces élections locales consiste à promouvoir le développement inclusif et participatif de notre pays, à partir de la base, c’est-à- dire des collectivités locales. »

Babacar FALL

20 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article