ISRAËL ET GAZA : L’ESCALADE DE LA VIOLENCE FAIT CRAINDRE UNE GUERRE

news-details
INTERNATIONAL

Les échanges de tirs meurtriers entre les militants palestiniens de la bande de Gaza et l’armée israélienne se sont considérablement intensifiés ; l’ONU craint une "guerre totale".

Plus de 1 000 roquettes ont été tirées par des militants palestiniens, selon Israël.

Israël a mené des centaines de frappes aériennes sur Gaza, détruisant trois immeubles et tuant de hauts responsables du Hamas.

Depuis lundi, au moins 65 Palestiniens et six personnes en Israël sont morts. Ce chiffre inclut 16 enfants palestiniens pris dans le conflit.

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, s’est dit "gravement préoccupé" par la poursuite des violences.

Lors d’un appel téléphonique au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a condamné les attaques à la roquette du Hamas mais a déclaré qu’Israël avait l’obligation d’éviter les pertes civiles.

Il a indiqué qu’il avait envoyé le secrétaire d’État adjoint Hady Amr pour rencontrer les deux parties.

Les combats ont éclaté dans la nuit de lundi à mardi après des semaines de tensions israélo-palestiniennes croissantes à Jérusalem-Est, qui ont culminé avec des affrontements sur un lieu saint vénéré par les musulmans et les juifs.

De violents troubles dans des villes d’Israël où se côtoient des populations juives et arabes ont conduit à des centaines d’arrestations. Lod, près de Tel Aviv, est placée sous état d’urgence.

M. Netanyahu a déclaré que le gouvernement utiliserait toutes ses forces pour protéger Israël des ennemis de l’extérieur et des émeutiers de l’intérieur.

Mais l’Autorité palestinienne a condamné l’"agression militaire" d’Israël dans un tweet, affirmant qu’elle "traumatisait une population déjà assiégée de deux millions de personnes".

Vous pouvez réagir à cet article