image

JE SUIS MALADE, DOIS-JE JEUNER ?

image

« Allah, exalté soit-Il, de par sa miséricorde ne charge aucune âme au-delà de sa capacité » (Baqara 286).
Le jeûne du mois de Ramadan n’échappe pas à cette règle, car Allah, exalté soit-Il, ne l’a prescrit, en réalité qu’à ceux qui peuvent le supporter et le dispense aux autres qui ne pourraient l’accomplir. L’attitude du malade par rapport au jeûne dépend du type de maladie dont il souffre. Il y a deux types de maladies :
1) Celles qui n’affectent pas le jeûne, comme par exemple le rhume, la légère migraine et le mal de dent. Celui qui souffre de ce genre de maladies doit continuer à jeûner et n’est pas autorisé à rompre son jeûne, du moins selon l’avis de la majorité des Oulémas (hommes de sciences islamiques).
2) Celles qui s’aggravent à cause du jeûne, celles dont le jeûne retarde la guérison ou celles qui sont très difficiles à supporter en jeûnant. Il est défendu à celui qui est atteint de ce genre de maladies de jeûner et les Oulémas ont une divergence de points de vue concernant la validité de son jeûne.
Donc celui qui est éprouvé par une maladie doit rompre son jeûne et il lui est prohibé de jeûner lorsqu’il craint pour sa santé.

Qu’en est-il de la compensation ?
S’agissant de la compensation : celui qui ne peut pas jeûner à cause d’une maladie doit effectuer un jeûne de rattrapage après la guérison, si cela lui est possible. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : "[…] Quiconque d’entre vous est malade ou est en voyage, devra jeûner un nombre égal de jours. Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter qu’avec grande difficulté, il y a une compensation : nourrir un pauvre […]" (Coran : 2/184).

Si sa maladie est incurable, il est assimilable à la personne âgée incapable de jeûner. Par conséquent, il s’abstient de jeûner et nourrit chaque jour un pauvre jusqu’à la fin du ramadan. En clair si le musulman éprouve une grande difficulté à accomplir le jeûne à cause d’une maladie temporaire, dont il espère guérir, il lui est permis de d’abstenir de jeûner, mais dans ce cas, il devra effectuer un jeûne de rattrapage si cela lui est possible.
Si votre maladie est jugée incurable et que vous n’avez aucun espoir de pouvoir jeûner dans l’avenir, vous devez vous contenter de nourrir un pauvre chaque jour du mois de ramadan.

Imam Birame POUYE

7 avril 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article