KARATÉ - Le capitaine des Lions et deux de ses coéquipiers sauvés par une contribution de bonnes volontés

news-details
Open de Paris

L’Open de Paris en Karaté démarre ce vendredi, 25 janvier 2019, mais le capitaine de l’équipe nationale du Sénégal, Abdourahmane Moundor Sène, et trois de ses coéquipiers étaient encore bloqués à Dakar, faute de billets pour rejoindre la capitale française. Finalement, c’est une levée de fonds des amis du karaté qui a permis de sauver la mise, au dernier moment. Moundor Sène (-75 kilos), Saliou Diouf (-60kilos) et Papa François Diouf (-67 kilos), vont donc rejoindre la France à la veille du démarrage de l’Open de Paris, grâce à une contribution de bonnes volontés.

- 

Vous préparez l’Open de Paris, prévu du 25 au 27 janvier. Ou en êtes-vous pour la préparation ?

« Jusque là, la préparation se passe bien. Depuis notre retour des championnats du monde, (ndlr : le Sénégal classé 5e mondial par équipe) on se prépare pour l’open de Paris parce que c’est un rendez-vous important pour le groupe en vue des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. »

Quel est l’objectif du Sénégal dans cet Open ?

« L’objectif de l’Open de Paris, c’est de marquer des points qui nous permettront de gagner notre ticket pour les jeux de Tokyo 2020. »

Une partie de l’équipe, y compris vous le capitaine, est toujours resté bloqué à Dakar alors que le tournoi démarre ce vendredi. C’est quoi le problème ?

« Jusqu’au toment où je vous parle, nous n’avons toujours pas reçu nos billets du ministère des Sports. Nous risquions de rater ce rendez-vous. Vous savez que les JO de Tokyo seront les premiers jeux auxquels le karaté sera intégré comme discipline olympique, donc c’est très important que nous y soyons, pour l’histoire, pour vendre la destination Sénégal. Il faut impérativement participer à l’Open de Paris si on veut prendre part aux jeux de Tokyo. C’est pourquoi des bonnes volontés, amis du karaté de façon générale, nous ont finalement permis, par une levée de fonds, d’avoir des billets et nous partons cette nuit (du mercredi au jeudi, ndlr.) »

Fodé Ndao, coach des Lions, alerte

Quelle analyse faites vous de la situation du Karaté au Sénégal ?

« La situation du karaté, est la situation des Arts martiaux en général. On constate que nous sommes laissés en rade par les autorités. Pourtant, c’est seulement en Arts martiaux que vous entendez "le Sénégal, champion du monde et champion d’Afrique", mais on ne nous prend pas au sérieux dans ce pays. Près de 10 ans, nous courons derrière des primes que nous doit le ministère des sports, mais toujours rien. Parfois, nous payons nous-mêmes nos déplacements. Nous avons lancé une campagne pour solliciter le soutien des bonnes volontés, afin de pouvoir financer notre éventuelle participation aux jeux Tokyo 2020. »

Les Lions prêts pour l’Open de Paris

Vous pouvez réagir à cet article