KARPOWERSHIP À DAKAR : LA PHASE PILOTE DE L’EXPLOITATION DU GAZ

news-details
ENERGIE

Karpowership, la centrale flottante est à Dakar. L’accostage a été effectué par les pilotes du Port autonome de Dakar (PAD), ce mercredi, 2 octobre. Le navire turc dénommé "Aysegul Sultan", avait quitté les côtes turques, le 8 août dernier. Dans le comité d’accueil, cet après-midi, au môle 4, il y avait en premières lignes, le Directeur général de la Société nationale d’électricité du Sénégal (SENELEC), Papa Mademba Bitèye, en compagnie de celui du PAD, Ababacar Sadikh Beye. Ce dernier ne boude pas son plaisir.


« Premier projet fast track »

« C’est un sentiment de fierté d’avoir accompagné la SENELEC, pour accomplir cette initiative extrêmement importante. Le Dg de la SENELEC vient de donner au président de la République, (Macky Sall), son premier projet majeur ’’fast track’’ (voie accélérée), dans son deuxième mandat. Parce que ce bateau-centrale électrique vient et est prêt à la production. Pour construire une centrale électrique, il faudra peut-être deux ou trois ans. Et là, en un temps record, le 8 août dernier, il m’a appelé le matin, et il m’a expliqué son projet, me disant qu’il avait besoin d’un poste au port. Je lui ai dis l’après-midi on se voit. Deux semaines après, il m’a invité à l’accompagner à Istanbul (Turquie), on y est allé. Il a mené les négociations. On est reparti pour convoyer ce navire qui est là. Pour le Port de Dakar qui ambitionne de devenir un moteur de l’émergence, c’est un bon compagnonnage d’avoir un autre moteur parce que l’énergie électrique, c’est le premier facteur de production. Cela vous met le PSE en mode ’’fast track’’ ».

Interrogé par Emedia.sn, Pape Toby Gaye, le Directeur de l’Equipement de la SENELEC, précise que le bateau a été loué pour 5 ans. Une location dont le prix est fixé au kilowatt/heure. « Aujourd’hui, explique-t-il, ledit prix est estimé à 63 F CFA quand il sert au gaz ».

Comment se passe la production ? « Dans le bateau, il y a des moteurs qui sont installés, lesquels vont fonctionner dans un premier temps au fuel lourd, qui vont produire, et injecter sur le réseau de SENELEC. C’est comme une centrale normale mais qui se trouve sur l’eau ».

Les dispositions pour l’étude d’impact environnemental ou social

L’agent rassure sur le volet environnemental. Le bateau pollue-t-il ? « C’est vrai que toute unité qui produit peut polluer mais on a pris les dispositions pour faire l’étude d’impact environnemental ou social pour connaître quelles sont les contraintes, et prendre les mesures idoines. »

Combien de personnes seront impactées par cette production ? « Je ne peux pas donner le chiffre exact mais disons que c’est en milliers de personnes », répond-il.

Les chiffres du Dg de la SENELEC, Pape Mademba Bitèye

« Ce navire, grand comme trois terrains de football et supportant des variations de température de -20 à 50° C, n’a besoin que de 5 mètres de profondeur pour opérer. Ce qui lui donne un accès facile au port de Dakar. Cette centrale flottante va permettre à Senelec d’ajouter à sa production 120 MW (1 MW couvre 2000 personnes) d’énergie. Ainsi, il va soutenir de manière significative, l’équilibre de l’offre et de la demande avec des coûts compétitifs tout en participant à la protection de l’environnement », se glorifie le Dg de la SENELEC, dans un texte faisant le résumé de son voyage en Turquie, en août dernier.

Un pilote de l’exploitation du gaz

D’ailleurs, y poursuit-il, « cette centrale va permettre à Senelec de réduire considérablement les temps d’utilisation de la Centrale de Sendou en attendant sa transformation au gaz. La Senelec pourra ainsi faire une économie de presque 6milliards de F CFA chaque année. KarPower, le fournisseur, a accepté, gratuitement, d’accompagner et de former le personnel de Senelec dans la conversion des centrales au gaz et même de lui prêter des pièces de rechange en cas d’urgence. En résumé, ce projet n’est rien d’autre que le projet Gas To Power dans un périmètre plus petit (Bel Air) et en mode fast track (délai pour passer au gaz 6 mois et non 24 mois habituel). S’y ajoute les économies à réaliser, la sécurisation de l’offre de production et le transfert de connaissances, entre autres ».

Plus précisément, la centrale flottante devrait couvrir 15% des besoins en électricité du Sénégal en gaz naturel liquéfié. Karpowership est le seul propriétaire, exploitant et constructeur de la première flotte de Powership au monde. Depuis 2010, quinze Powerships ont été réalisés avec une capacité installée totale supérieure à 2 800 MW.

Vous pouvez réagir à cet article