KEKENDO VS NDEFLENG : LES AUTEURS DES VIOLENCES DÉSORMAIS TRADUITS DEVANT LE CONSEIL DE DISCIPLINE

news-details
UCAD

Les réactions pleuvent suite aux violents affrontements qui ont opposé deux groupes appartenant à deux associations à fortes connotations ethniques, Kékendo (diolas) et Ndefleng (sérères), au sein de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).

Le Syndicat autonome des enseignants du supérieur (SAES), qui condamne ces violences, rappelle que "l’université est par excellence un lieu d’acquisition du savoir, de formation humaine, de préparation à la vie professionnelle, mais aussi un lieu de socialisation", dans un communiqué.

Le document, parvenu à Emedia, rejette, ainsi, "toute autre activité (sortant)" du cadre universitaire.

Indiquant que "l’université ne saurait être un espace de non-droit", les enseignants demandent aux autorités "de prendre toutes leurs dispositions pour faire cesser ces violences". Avant d’en appeler "à la sagesse des uns et des autres afin que le legs de la démocratie de l’État de droit, de la tolérance, de la fraternité, entre les différentes composantes de notre Nation, du commun vouloir de vivre ensemble, gage d’une stabilité sociale, seule condition pour asseoir un développement durable, soit préservé."

Les autorités universitaires notamment le Recteur de l’UCAD, Pr Amadou Aly Mbaye, et le Directeur du COUD, Maguette Sène, ayant fini de constater "encore l’usage d’armes" dans le campus social et les "graves" menaces pesant sur la sécurité des étudiants, ont promis que des mesures "idoines" seront prises pour assurer la protection de l’intégrité physique de tous les acteurs du campus social.

"Dorénavant, les auteurs d’actes de violences, de quelque nature que ce soit, seront traduits devant le conseil de discipline de l’université et les juridictions compétentes du pays", ont-ils déjà avertis.

Pour l’heure, le calme est revenu au sein du campus après que les deux associations ont fumé le calumet de la paix, à la suite d’une médiation. D’ailleurs, l’un des anciens de Kékendo, Léopold Nzalé, a souligné que lors de la journée culturelle qu’ils vont organiser, le Sine sera invité d’honneur de la Casamance.

Vous pouvez réagir à cet article