KHADIM BAMBA DIAGNE, ÉCONOMISTE : « NOUS DEVONS AFFRONTER LE VIRUS »

news-details
COVID-19

La résilience, c’est le maître-mot de l’économiste, Khadim Bamba Diagne, l’un des invités de la matinale spéciale Covid-19 d’iRadio, ce mardi, 19 mai. L’un des quatre auteurs de la retentissante tribune qui appelait à sauver l’économie sénégalaise par la levée des mesures de restriction, en veut pour preuve que la pandémie peut durer deux ans.

« Le grand problème, c’est que les pandémies qui ont fait des dégâts dans ce monde en 1920 et en 1968, ont fait deux ans. Donc moi, je refuse de stopper notre production nationale pendant deux ans ou six mois. On ne sait pas le temps que va durer cette pandémie, donc, je pense que nous devons réfléchir à sur notre économie. Qui doit être revue et orientée pendant que le virus sera là », explique-t-il, arguant qu’après avoir appris à vivre avec le virus, « il nous faut maintenant l’affronter en respectant les gestes barrières. Mais le pays ne peut pas continuer à arrêter son activité en pensant qu’on peut prendre en charge après les politiques économiques que nous allons mettre en place. Il nous faut arrêter de penser après Covid-19. Aujourd’hui, on vit avec le virus et il peut durer deux ans. »

En plus de brandir l’argument de la résilience, l’économiste interpelle les autorités étatiques : « Le président nous a demandé d’être résilients. On attend qu’il commence cette résilience-là. J’attends que le Conseil des ministres reprenne. On a besoin d’une activité. Parce que, même en essayant de retrouver une certaine normalité de notre économie, si chacun reste aussi chez lui, on aura du mal à avoir une production intéressante.

Pour Khadim Bamba Diagne, l’économie dépendant de l’activité, s’il n’y a pas d’activités, il n’y a pas de productions et pas de richesses. « L’État a besoin de ces richesses pour financer son budget mais aussi son développement. »

Dans un entretien accordé au journal Le Soleil, Amadou Hott, le ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération, annonce que le gouvernement est en train d’élaborer un Plan Sénégal Émergent (PSE) post-Covid en vue de la ’’relance’’ de l’activité économique.

D’après la tutelle, ce plan qui ’’sera bâti sur les acquis positifs’’ du Programme de résilience économique et sociale (PRES), lancé début avril par le président de la République pour atténuer les effets de la pandémie de Covid-19, est assorti du Fonds de riposte et de solidarité contre les effets du Covid-19 (Force Covid-19), d’un montant de 1.000 milliards de francs CFA, comprenant quatre piliers, dont le renforcement du secteur de la santé, la préservation de la stabilité macroéconomique et financière.

Entre autres objectifs, « il s’agit (...) de revisiter les objectifs stratégiques et les résultats attendus de la phase 2 du PSE, afin de renforcer la souveraineté sanitaire et alimentaire, ainsi que l’industrialisation’’, a expliqué Hott.

Vous pouvez réagir à cet article