image

"KHALIFA SALL A MANQUÉ D’ÉLÉGANCE..." (FATOU SOW SARR)

image

La présidente du Caucus des femmes leaders du Sénégal, Fatou Sow Sarr, n’a pas raté pas Khalifa Sall, le patron de Taxawu Senegal, au sein de la coalition Yewwi Askan Wi (YAW), dénonçant la méthode par laquelle il a départagée la maire sortante, Soham Wardini, et le candidat finalement retenu, Barthélémy Dias.

"Le 24 octobre, nous avons fait notre marche qui réunissait les femmes de tous les partis politiques. Nous avons décidé de les investir, toutes, à la candidature, rembobine-t-elle, devant le Jury du dimanche (JDD), ce 7 novembre. Soham Wardini est venue à cette marche comme toutes les femmes que nous avions invitées, de l’APR, du (PS), etc. Et, nous l’avons investi comme toutes les autres. Mais il se trouve qu’il y avait une particularité Soham Wardini, c’était la première fois où depuis l’existence de cette capitale, une femme a été maire. Ils ont laissé tous les maires à leur poste. Pourquoi elle, on la dégomme ? C’est le principe que nous soutenons. Nous n’avons pas posé la question à Yewwi Askan Wi mais à Khalifa Sall nous lui avons dit ce que nous pensons. Je ne répéterais pas, ici, ce qu’il nous a dit. Ce sont pour des raisons politiques qui ne nous regardent pas qu’ils n’ont pas investi Soham, nous ne rentrons pas dans ce débat. (En revanche), nous avons le droit de dire que par rapport à notre projet, de nous battre pour qu’il y ait davantage de femmes à la tête des municipalités, Soham Wardini en fait partie et nous soutenons sa candidature", martèle-t-elle.

Avant de lâcher : "que Khalifa choisisse Barthélémy, ce n’est pas notre problème nous. Mais, je trouve que ce n’est pas élégant d’attendre la dernière minute pour le lui dire, alors qu’il savait qu’il n’allait pas la prendre, de ne pas lui donner le temps de s’organiser. Parce que Soham aurait pu s’organiser et avoir une liste personnelle sans aller se réfugier dans une quelconque liste. S’il lui avait dit, on l’aurait aidé à avoir sa liste à elle."

La féministe ajoute qu’au cours du processus, "elles sont allées voir Sonko pour lui dire que nous voulions que Maïmouna Dieye soit investie à la Patte d’Oie." "Ce jour-là, tous les hommes de Pastef se sont levés comme un seul bloc, pour nous dire ’’notre parti ne fonctionne pas comme ça". Ils ont été surpris par ce groupe de femmes de tous les partis, pour leur dire que notre candidate, c’est Maïmouna Dièye", révèle-t-elle, soulignant que, là, elles ont obtenu gain de cause.

Dié BA
Photo Abdoulaye SYLLA

7 novembre 2021