KHALIFA SALL CHARGE LES 7 SAGES

news-details
INVALIDATION DE SA CANDIDATURE

L’ancien maire de Dakar, écarté, pour le moment, de la course présidentielle par le Conseil constitutionnel ne perd pas espoir. Il a décidé d’attaquer la décision du rejet de sa candidature. Selon Enquête, Khalifa Sall et son mandataire Babacar Thioye Ba ont signé une requête pour inviter les juges les 7 sages à se rétracter. Ces derniers estiment que leur requête est recevable pour avoir été présenté dans les délais prévus par la loi. Selon la même source, les requérants sont revenus sur les motifs ayant poussé le juge des élections à conclure à une invalidation de leur candidature. En outre, Khalifa Sall et son mandataire sont d’avis que le procureur de la Cour suprême et celui de la cour d’appel n’ont aucune qualité pour « s’immiscer dans l’élection présidentielle ». Ces des deux parquetiers, selon eux, n’ont pas un droit de contestation d’une candidature. Un tel droit, soulignent-ils, est réservé aux candidats. Pis, les deux requérants, selon toujours le journal, trouvent que les deux parquetiers ne peuvent pas justifier légalement la transmission, de leur seul chef, de documents au Conseil constitutionnel, alors qu’ils ne sont ni candidats à l’élection présidentielle, ni impliqués dans le processus électoral. Par ailleurs, Khalifa Sall et son mandataire considèrent que le Conseil constitutionnel ne doit pas méconnaître le fondement et la portée du caractère suspensif des recours en matière pénale. Khalifa et son mandataire rappelle aux juges constitutionnels que la procédure de rabat d’arrêt est un incident dans le cadre du jugement du pourvoi en cassation. Le pourvoi en cassation, selon eux, n’est donc pas définitivement purgé tant que le délai d’un mois prévu pour présenter une requête en rabat d’arrêt n’est pas expiré et, en cas de dépôt d’une requête de rabat d’arrêt, tant que celle-ci n’est pas jugée. Compte tenu de tous ces arguments, Khalifa Sall et son mandataire invitent les 7 sages à revenir sur leur décision.

Vous pouvez réagir à cet article