image

KHALIFA SALL, LEADER DÉPASSÉ OU MARIONNETTISTE HABILE ?

image

Y a-t-il un capitaine dans le navire Taxawu Dakar, la coalition qui détient les rênes de la capitale et de la majorité des communes du département ? Avec la cacophonie des investitures marquée par l’émergence de Barthélémy Dias et le quiproquo mélodramatique sur la situation de Soham Wardini, l’on serait tenté de répondre par la négative. Ce qui constitue, bien sûr, un réel constat d’échec quant au leadership de ladite coalition incarnée par Khalifa Sall.

L’ancien Maire de Dakar est étrangement silencieux alors que son mouvement est au bord de l’implosion. Tout comme, d’ailleurs, ses collaborateurs les plus proches qui formulent diverses raisons pour ne pas répondre aux questions. Le Docteur en sciences politiques, Moussa Diaw, estime que cette crise expose au grand public les lacunes de Khalifa Sall en termes de meneur d’hommes : “ Khalifa Sall est un homme timoré. Il a une personnalité consensuelle. L’autre aspect c’est que politiquement, il n’arrive pas à avoir de la poigne. Ce n’est pas quelqu’un qui décide en fonction de ce qu’il a déjà fixé, même si ça dérange les autres. Khalifa Sall a cette difficulté à trancher. C’est difficile avec les investitures, il est cerné de toutes parts par la volonté de ses proches qui cherchent à se positionner. Il a du mal à décider et c’est ce qui explique tous les problèmes auxquels la coalition est confrontée”.

À moins que l’ancien maire de Dakar ne manœuvre en coulisses pour savonner la planche de son ex première adjointe, devenue sa successeure après ses déboires judiciaires.

Il serait en effet étonnant que Khalifa Sall soit étranger à tout ce qui se passe au sein du parti.

D’ailleurs, au sein de Taxawu Dakar, certaines sorties, dans le camp de Barthélémy Dias, laissent penser qu’il n’est pas tout à fait étranger à l’essor du Maire de Mermoz-Sacré Cœur comme figure de proue du mouvement. “Khalifa Sall n’a dit à personne que Soham Wardini est son candidat. Moi qui suis fils politique de Khalifa Sall, s’il me dit de lâcher Barthélémy Dias, je le lâche. Mais il ne me l’a jamais dit”, déclarait ainsi, lundi dernier, Palla Samb, Maire de Point E, lors de l’intronisation de Barthélémy Dias comme candidat de Taxawu Dakar dans le cadre des investitures de Yewwi Askan Wi.

Yewwi Askan Wi, la coalition des couacs

Ce barnum au sein de Taxawu Dakar n’est toutefois qu’un des derniers avatars des nombreux couacs qui rythment la vie de la coalition Yewwi Askan Wi depuis son lancement. Récemment plusieurs sections communales et coordinations départementales de Pastef-Les Patriotes avaient également annoncé leur décision de sortir la coalition. Des déclarations qui ont obligé le président du parti, Ousmane Sonko, à taper du poing sur la table, le 22 octobre. « Ces décisions sont prises sans aucune concertation avec le bureau politique, qui est mis devant le fait accompli, écrivait-il. Ceci constitue une violation flagrante des règles d’organisation, de fonctionnement et de discipline interne du parti. »

Khalifa Sall serait sans doute bien inspiré de suivre l’exemple de son allié pour ne serait-ce que sauver encore ce qui reste des meubles.

Adama NDIAYE

29 octobre 2021