L’ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE DÉMENT LES ACCUSATIONS DE VIOLENCE CONTRE BABACAR DIOP

news-details
JUSTICE

Dans un communiqué parvenu à Emedia.sn, l’administration pénitentiaire dément les accusations d’agression physiques de Babacar Diop, incarcéré à la Maison d’arrêt de Rebeuss (MAR) entre le 4 et le 20 décembre 2019, après la manifestation contre la hausse du prix de l’électricité, devant les grilles du palais de la République, le 29 décembre dernier.

Le service de communication de l’administration pénitentiaire accuse Babacar Diop d’avoir été le seul des 9 placés sous mandat de dépôt dans le cadre de la même affaire, « à afficher une attitude de défiance, discutant tout le temps du règlement intérieur de la maison d’arrêt. » Le professeur d’université est également accusé d’avoir voulu jouer de son statut pour s’offrir certains passe-droits. « Après ses visites, Babacar Diop manifestait au moment de regagner sa chambre une réticence à la fouille corporelle par palpation arguant qu’il est professeur d’Université », poursuit le document.

Selon le communiqué, le Directeur de la MAR, informé des allégations d’agressions par voie de presse, « a immédiatement conduit Babacar Diop à l’infirmerie de la maison d’arrêt pour examen corporel approfondi qu’il peut lui-même attester. A sa libération dans l’après-midi du 20 décembre, il ne présentait aucune trace de violence ni blessure ni contusion. »

Vous pouvez réagir à cet article