image

« L’AFRIQUE NE SOUHAITE PAS ÊTRE UN TERRAIN DE COMPÉTITION POUR… »

image

La 8e édition du Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique s’est ouverte, hier, à Dakar. « Jeunesse, Citoyenneté et Souveraineté : les défis de l’éducation et de la formation », c’est l’un des thèmes de la plénière sur les crises globales et consolidation des souverainetés en Afrique. Intervenant à cette occasion, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Mali est d’avis que l’Afrique a besoin des partenaires pour se développer, pour assurer sa sécurité mais, souligne-t-il, certains de nos partenaires ont plus besoin de l’Afrique que l’Afrique n’a besoin d’eux.

« Donc, il faut que nous ayons confiance en nous-mêmes, que nous ayons conscience de ce que nous représentons et que nous ayons conscience de notre responsabilité pour pouvoir aussi apporter des réponses appropriées par rapport à ces questions. Pour cela, l’Afrique ne souhaite pas être un terrain de compétition pour quel que partenaire que ce soit. Je crois que chaque partenaire cherche son intérêt. L’Afrique n’est pas naïve et c’est normal aussi que les partenaires cherchent leurs intérêts. Mais, il appartient aux africains de pouvoir se positionner pour développer leurs pays et tirer profits de ces partenariats », a-t-il déclaré. Donc, il ne souhaite pas que l’Afrique soit un terrain de jeu pour les uns et les autres. Tout cela, renseigne le chef de la diplomatie malienne, s’explique par le fait que nous avons souvent des partenaires qui sont dans une posture coloniale qui n’ont pas compris qu’il faut changer de logiciel pour travailler avec les africains. « Il faut venir en partenariat. Avant la souveraineté, l’Afrique demande la respectabilité, le respect. Il faut travailler avec les africains dans la dignité. Il faut que les partenaires considèrent qu’ils ne viennent pas en chasse sur des terres incognitos. Mais, nous venons travailler avec des gens où chacun doit gagner », défend Abdoulaye Diop.

« Beaucoup de partenaires sont dans des approches de prédation »

Poursuivant, il a ajouté que certains partenaires qui sont dans des postures néocoloniales viennent nous dire ce qui est bien et pas bien pour nous. « Je pense que ça, c’est infantiliser le continent, de penser que nous ne sommes même pas capables de comprendre là où se trouve notre intérêt. Parce que le partenaire qui vient parler du mal des autres lui-même n’est pas parfait », clame-t-il.

Par ailleurs, Abdoulaye Diop révèle que le terrorisme dans beaucoup de nos pays, une partie est fabriquée. « Je pense que ce n’est pas nouveau. Dans certains cas, l’extrémisme religieux peut conduire à ça. Mais, je suis convaincu qu’il y’a des phénomènes qui sont créés pour mettre l’Afrique en retard. Pour ne pas nous permettre d’exploiter nos ressources. De ne pas nous permettre d’avoir la paix et la stabilité qui nous permettent de nous unir en tant qu’africains. Beaucoup de partenaires sont dans des approches de prédation. Ils ont besoin d’instabilité pour pouvoir contrôler des élites et de faire avancer leur agenda », dénonce encore le ministre malien, selon qui, il faut éviter les ingérences dans les politiques africaines pour pouvoir laisser les africains évoluer en citoyens matures qui sont capables de trouver des solutions.

« On doit mettre nos petits moyens ensemble pour faire face à ces menaces »

Pour conclure, il reconnaît que les africains ont un problème. « Je ne peux pas comprendre qu’un continent de la taille de l’Afrique ne puisse pas assurer sa sécurité. Souvent nos pays se battent seuls face à des situations critiques. C’est les non africains qui viennent nous aider pendant que d’autres pays n’assument pas leur responsabilité vis à vis du reste de l’Afrique. Si l’Afrique met ensemble ses forces nous sommes capables d’assurer la sécurité, d’amener la stabilité et faire avancer la démocratie. On doit mettre nos petits moyens ensemble pour faire face à ces menaces », a-t-il dit.

Cheikh Moussa SARR
Abdoulaye SYLLA (Photo)

25 octobre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article