L’AMI DE TOUT LE MONDE

news-details
DÉCÈS DE LAMINE CISSÉ

La triste nouvelle du décès ce mercredi de El Hadji Amadou Lamine Cissé s’est très vite répandue dans divers cercles économiques et financiers de Dakar. Il était l’ami de tout le monde par sa singulière bonhomie, sa simplicité et sa débordante générosité de cœur.

Ainé d’une sympathique fratrie, de surcroît soudée et discrète, Lamine se rendait disponible à tous, attentif et d’une exquise courtoisie à l’endroit des personnes qui le croisaient et qui repartaient conquises par sa jovialité, son sens de l’amitié et son humeur positive jamais prise en défaut.

Fils de famille formé à bonne école, il grandit auprès d’un père influent, à l’érudition distinguée, qui a assuré son éducation de base tout en lui faisant découvrir les valeurs de la lignée des Cissé aux profondes ramifications rurales. Entre la ville et la campagne, Lamine parvenait à faire une synthèse qui a fini par forger en lui un mental conciliant avec une rare finesse d’observation des ressorts de la société sénégalaise.

Il avait le don de convaincre, avec douceur. Est-ce dû à son incomparable expérience ? Fonctionnaire, banquier, acteur de l’économie, consultant, enseignant et citoyen et chef de famille exemplaire. Que ce soit dans l’ombre ou sous les projecteurs, il scrutait, écoutait et conseillait, recevant chez lui ou au bureau de nombreux jeunes en qui il décelait du potentiel à éclore. Cette sagacité le prédisposait à intégrer une banque primaire, autrefois appelée Sonaga-Sonabanque qui lui a permis aux contacts des réalités de changer d’échelle de perception des dynamiques en cours.

Lamine fait partie des premiers à avoir entrevu l’équation sociale qu’allaient plus tard poser les diplômés de l’enseignement supérieurs. Ainsi naquit l’opération « placement des maîtrisards ». L’initiative prit de l’envergure les années suivantes au point que le régime d’alors, sous le Président Abdou Diouf et l’ancien Premier Habib Thiam, décida d’instaurer une politique d’emploi basée sur l’anticipation. Lamine, gardant toujours sa posture de modestie et d’effacement, théorise et modélise l’insertion par l’emploi non salarié. Le succès fut garanti.

Au démarrage, plus de 400 jeunes nantis de diplômes furent initiés à l’entreprenariat. Ces derniers, qui lui sont redevables de leurs cheminements, n’ont jamais cessé de lui témoigner leur reconnaissance. Mieux, certains parmi eux, ont entretenu avec lui des relations professionnelles poussées, achevant de faire de Lamine un homme de tous les temps qui se recycle en permanence pour accompagner les jeunes dans leur affirmation personnelle. Signe, s’il en fallait un, que chez lui, la remise à niveau se conjugue au présent. Lamine avait tout pour plaire : un esprit fécond, une pédagogie pour aborder les problèmes complexe, et une sensibilité au récit, à l’anecdote et au partage d’expérience.

Tout son parcours se lit sous ce commerce facile qu’il entretenait avec les acteurs de tous bords. Il n’a pas tâté la politique, hormis cette brève proximité avec le défunt Cheikh Anta Diop, mais l’entreprise était son parti pris doublé d’un engagement sans faille dans la transformation de l’économie avec un accent particulier sur ces hommes et ces femmes dotés de talents pour la création, l’investissement, la gestion, la négociation, et le management subtile des équipes. Il était à l’aise dans les cercles de création ou d’innovation.

Polyvalent, il était. Eminent, il l’a cultivé dans le domaine qu’il s’était choisi comme lieu d’expression de sa compétence reconnue. Il s’est vite intéressé aux bouleversements sociaux induits par l’ajustement structurel dans les années 80 sous l’aberrante impulsion du Fonds monétaire international (FMI). Il s’en était beaucoup désolé, fulminant contre cette ambiguïté qui ne répondait qu’à des considérations d’ordre doctrinal d’obédience libérale. Le désastre se passe de commentaire.

Mais Lamine décide de décaler son regard afin d’éclairer l’évolution des mentalités. Sous ce regard rieur, ce sourire, franc, attachant et cette déconcertante facilité à cerner les problématiques, se cachait un esprit subtile, fier et avenant toujours fidèle en amitié et à la fraternité. Puisse son âme reposer en paix.

A sa vaillante épouse Aminta, à ses enfants éplorés et aux amis inconsolables dont Bouba Diallo, Son Excellence Seydou Nourou Ba, Me Boucounta Diallo, Penda MBow et aux frères affligés, Tamsir et Sérigne notamment, le Groupe E-Media INVEST présente ses vives condoléances pour cette immense perte. Adieu Lamine...

Vous pouvez réagir à cet article