L’APPEL DE L’UNION DES PARENTS D’ÉLÈVES

news-details
REPRISE DES COURS

Ce 2 juin, marque la reprise des cours au Sénégal pour les élèves en classe d’examen dans un contexte où la maladie du Coronavirus se propage.

A cet effet, l’Union des parents d’élèves du Sénégal, par le biais de son président Abdoulaye Fané, est montée au créneau pour appeler à la vigilance et au respect des mesures barrières. « Nous avons décidé, après trois mois depuis la survenue de cette pandémie de nous adresser aux parents d’élèves pour dire simplement de rester vigilants et de ne pas baisser la garde. Car, nul ne sait quand ce combat contre cet ennemi public, invisible va prendre fin », a déclaré Abdoulaye Fané. Il indique que leur mouvement s’inscrit, après avoir consulté nos coordinations départementales et des organisations et acteurs de la vie publique, dans la perspective de la reprise des enseignements et apprentissages le mardi prochain.

Cependant, M. Fané et ses camarades demandent aux parents d’élèves d’accompagner leurs enfants particulièrement les élèves en classe de CM2. Ce, pour aller constater de visu les dispositions prises avec la mise en place des équipements de prévention individuelle et collective. Cette demande, poursuit-il, fait suite à la déclaration du ministre de l’Education nationale qui a donné instruction de fermer toute école qui ne disposerait pas de l’entièreté des dispositifs sécuritaires. « Je voudrais que les parents incarnent le rôle de lanceur d’alerte mais en y allant avec des initiatives constructives en coordination avec les comités de veille qui sont installés au niveau des établissements scolaires », a soutenu Abdoulaye Fané. Qui demande aux ministres de l’Education nationale et l’Enseignement technique et de la formation professionnelle de prendre les mêmes dispositions pour faciliter le transport des élèves et apprenants qui sont dans les régions et dans les villages. « Nous semblions avoir compris qu’il avait été demandé que ces élèves rentrent dans les bus affectés aux enseignants mais, nous sommes au courant qu’actuellement, il y a beaucoup d’élèves qui sont dans les villages et qui ont des difficultés pour rejoindre leurs écoles respectives. Donc, ce que nous demandons, c’est que le même dispositif qui a été fait en direction des enseignants soit appliqué aux élèves », sollicite-t-il.

De même, le président de l’Union des parents d’élèves du Sénégal et ses camarades attire également l’attention des ministres sur les établissements qui n’ont pas encore de dotation suffisante. « Nous avons des informations claires et précises, particulièrement dans le département de Pikine, que les dotations qui sont mises à la disposition de certains établissements sont insuffisantes », alerte Abdoulaye Fané qui demande que tout soit corrigé avant la reprise des cours.

Pour sa part, la présidente du collectif des gouvernements scolaires, Maguette Ba, interrogée, reste pessimiste quant à la reprise effective des cours en cette période de pandémie. A l’en croire, ils ont fait le tour des établissements de la capitale mais, prévient-elle, le dispositif de sécurité constaté sur place n’est pas rassurant et ne présage pas que les mesures édictées pour éviter la transmission de la maladie seront respectées. « Les élèves sont encore plus inquiets et plus engagés qu’aujourd’hui. Ils n’hésiteront pas à retourner chez eux si ça continue comme ça », prévient-elle.

Selon elle, les gouvernements scolaires ne peuvent pas empêcher les élèves à aller à l’école ce mardi mais, elle prend pour responsable le ministre de l’Education nationale pour un quelconque désagrément. « Le collectif maintient son engagement pour que l’équipe du Sénégal respecte ses engagements. Que les parents et les élèves prennent leurs responsabilités. Le ministre de l’Education nationale sera responsable de tout ce qui arrivera aux élèves », met-elle en garde.

Vous pouvez réagir à cet article