image

L’APPEL LANCÉ PAR MACKY SALL À SON HOMOLOGUE ALLEMAND

image

Le président en exercice de l’Union a demandé hier, au président Allemand, le maintien de son pays au Mali. Frank-Walter Steinmeier, en visite à Dakar, depuis dimanche, attend la décision du Bundestag, le parlement de son pays.

« Nous sommes convaincus que nous avons besoin de la force allemande au Mali. Si nous voulons lutter efficacement contre le terrorisme, le Mali ne peut pas être abandonné. Il faudra maintenir votre présence dans le Sahel », a déclaré Macky Sall hier lors d’un point de presse conjoint avec le président de la République allemand. Cette demande de maintien de l’Allemagne au Mali entre dans le cadre de l’annonce faite par la France et ses partenaires européens de retirer leurs forces engagées dans la lutte anti djihadiste dans ce pays. L’armée allemande est actuellement engagée à travers deux missions au Mali : 328 soldats dans la Mission de formation de l’Union européenne (Eutm), et 1170 dans la Mission des Nations unies (Minusma).

« Le continent fait face à une menace très sérieuse sur son existence. Il est de bon ton que les partenaires soient avec nous dans ce conflit, comme cela a été le cas quand il s’agissait de mobiliser une grande coalition internationale pour lutter contre Daesh », estime le nouveau président de l’Union africaine.

Pour sa part, le président allemand a indiqué que sa visite lui permettrait de se faire une idée des attentes ici et dans la région en général. Il a reconnu que ces attentes étaient que l’Allemagne reste présente sous une forme qui contribue à la stabilité du Sahel. Avant de rappeler que la décision ultime revient au Parlement. Le Bundestag doit se prononcer sur la question au mois mai prochain. « J’espère que notre ami, le député Karamba, avec d’autres soutiens, pourra sensibiliser ces collègues députés allemands sur la nécessité de maintenir la présence de l’Allemagne au Sahel », a insisté le Président Macky Sall.

F. Bakary CAMARA

22 février 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article