L’APPEL PORTE PLAINTE ET DÉNONCE LE TERRORISME INTELLECTUEL

news-details
MENACES DE MORT

L’Association des éditeurs et professionnels de la presse en ligne (APPEL) a déposé une plainte hier jeudi, 18 mars, auprès du procureur de la République, pour "menaces de mort", "injures publiques" et "atteinte grave à la liberté de presse".

La plainte vise X et mais aussi des activistes et influenceurs identifiés sur les réseaux sociaux : ’’Prési Cissé’’, Khalifa Rappeur, Cheikh Metsu Metsu Karim, Abdou Guèye Dia, Amadou Ba.

Ces derniers, selon les termes de la plainte, "s’en prennent avec une violence inouïe à des médias en ligne comme Dakaractu.com et Leral.net" dont le seul tort est d’avoir diffusé des informations pas ou peu favorables à leur leader.
Selon Appel, le seul tort de Dakaractu a été d’exploiter une décision de justice ordonnant l’expulsion de Semer Holding (dirigé par Diène Marcel Diagne) suite à une plainte du bailleur, en l’occurrence le Cabinet Immobilier du Monde. Cette décision de justice est disponible sur le site de ladite juridiction. Une information qui est tombée dans le domaine public que le site a traité en bonne et due forme. "Ce qui a été considéré comme un délit d’une extrême gravité par les partisans de Diène Marcel Diagne. C’est ainsi qu’à tour de rôle, ces personnes précitées et d’autres (X) se sont relayés sur la page Facebook de Dakaractu pour « injurier, menacer et attaquer » ouvertement le site d’information et ses animateurs."

"Le tort de Leral.net est d’avoir obtenu l’exclusivité et de diffuser l’entretien de Adji Raby Sarr. Quasiment le même groupe d’individus, avec le modus operandi se sont abattus sur ce média en ligne. Pire, ces gens tentent d’intimider les médias et de semer la terreur dans la rédaction. ’’Prési Cissé’’ s’est attaqué directement au propriétaire du site et tente de jeter le discrédit sur sa personne". Des faits extrêmement graves parce qu’aux antipodes de la liberté de presse regrette APPEL.

L’APPEL se dit "très préoccupée par ce terrorisme intellectuel en ligne et qui peut devenir physique à tout moment" : "Aujourd’hui, traiter une information ou tendre le micro à un citoyen est considéré comme un crime. Des gens s’échinent à cataloguer, à confiner les médias dans un carcan partisan selon leur propre prisme. Si on en est là, cela veut dire véritablement que la démocratie sénégalaise est véritablement en danger. APPEL, qui est un syndicat des Editeurs de la presse en ligne se joint ainsi à Dakaractu et Leral pour réclamer justice au nom du droit au public à une information juste, vérifiée et plurielle".

Vous pouvez réagir à cet article