L’ARBITRAGE DE L’OPPOSANT GUINÉEN BAH OURY

news-details
Mali - France

La crise politique entre le Mali et la France au menu du Jury du dimanche (JDD). A la tribune des Nations-Unies, Premier Ministre Chouguel Maïga a accusé l’ancienne puissance coloniale "d’abandon en plein vol". La réplique du président Emmanuel Macron n’a pas tardé. Selon lui, "la légitimité du gouvernement actuel du Mali est démocratiquement nul".

Un échange de propos aigres doux sur fond d’enjeux sécuritaires. Alors que Paris voit d’un mauvais œil son rapprochement avec la société de sécurité privée russe, Wagner, le Mali se fait livrer par la Russie quatre hélicoptères de type Mi-171, des munitions et des armements.

"C’est la concrétisation d’un contrat signé en décembre 2020, entré en vigueur en juin 2021. L’extrême rapidité de l’exécution de ce contrat montre la fiabilité et le sérieux de ce partenaire qui nous a toujours donné satisfaction dans le cadre d’échanges gagnant-gagnant", a souligné le ministre malien de la Défense par intérim, le colonel Sadio Camara, dans une vidéo authentifiée par l’AFP.

"C’est dommage qu’au regard des tragédies qui se passent au Sahel notamment au Mali, qui est confronté à une instabilité très profonde avec des dislocations de sa souveraineté, au moment où des soldats font face à des terroristes, que les dirigeants de part et d’autres font preuve de violence verbale", arbitre l’opposant guinéen, Amadou Bah Oury.

D’autant plus que souligne l’ancien ministre de la Réconciliation nationale, "la situation exige de la retenue et beaucoup plus de sang-froid. Parce que ce n’est pas simplement des questions de joutes oratoires qui vont ramener la paix au Mali. C’est une coopération fondée sur la confiance, sur la loyauté et sur l’acceptation mutuelle des positions des uns et des autres dans une dynamique mutuelle de recherche d’endiguer la poussée terroriste et de stabiliser le territoire malien. C’est cela qui devrait être de mise. La situation au Sahel notamment au Mali ne sera jamais résolue par la puissance des armes".

Vous pouvez réagir à cet article