L’ARBITRE VICTOR GOMEZ REMPLACÉ, SA DÉNONCIATION D’UNE TENTATIVE DE CORRUPTION REFAIT SURFACE

news-details
FINALE CAN 2019 SÉNÉGAL - ALGÉRIE

Une petite polémique est née autour de la désignation de l’arbitre devant officier à la finale de la 32e édition de la Coupe d’Afrique des Nations, prévue ce soir (coup d’envoi 19h GMT) au stade international du Caire (Egypte), entre l’Algérie et le Sénégal. Un premier temps confié au sud-africain Victor Gomez, réputé incorruptible dans le milieu du football africain, le sifflet de l’affiche est finalement revenu au Camerounais Sidi Alioum. L’instance dirigeante du football africain avait déjà annoncé, via Twitter, il y a deux jours, avoir confié l’arbitrage de la finale au sud-africain Gomez, avant de supprimer le tweet en question. Le lendemain, veille de match, un autre document officiel est alors rendu public, faisant état de la désignation du Cameroun Alioum.

Motif d’un tel revirement ? Aucune explication officielle venant des instances de la Confédération africaine de football, déjà sous le feu des critiques en raison de sa gestion chaotique de la question de l’arbitrage lors de la finale de la Ligue des Champions CAF, entre l’Etoile sportive de Tunis et le Wydad AC de Casablanca. L’on note simplement que Victor Gomez, arbitre FIFA depuis 7 ans, avait signalé une tentative de corruption lors d’un match de la Coupe CAF, opposant le Plateau United du Nigeria au club... algérien de l’USM d’Alger. Sans mentionner la provenance de la proposition ni le club qui aurait espéré bénéficier de ses faveurs, il avait évoqué un montant de plus de 17,5 millions F CFA, qu’il a refusé.

Ce dossier pourrait avoir été retenu pour l’écarter de la finale pour que le sujet ne soit remis sur la table au moindre souci. Il demeure tout de même que la CAF n’ait été suffisamment alerte pour prendre en compte cet aspect en amont et éviter cette énième polémique dont elle aurait pu se passer.

Vous pouvez réagir à cet article