L’ARMÉE AMÉRICAINE ANNONCE SON RETRAIT APRÈS LA DÉCISION DU PARLEMENT IRAKIEN

news-details
DERNIÈRE MINUTE

La succession d’évènements majeurs se poursuit au Moyen Orient depuis l’assassinat du Général Qassem Soleimani. Moins de 24 heures après l’appel avec fracas, du Parlement irakien demandant le renvoi des troupes de la coalition internationale, sous commandement des États-Unis, le pays de Donald Trump n’a pas tardé à envoyer une réponse.

L’armée américaine vient d’annoncer, en effet, son départ d’Irak, pour se conformer à la décision du Parlement irakien qui s’était réuni en session extraordinaire hier, dimanche, pour prendre cette mesure non contraignante. Mais, dans le jeu d’échecs, les USA ont décidé d’avancer un pion avec ce retrait de plus de ses 5 000 militaires américains, actuellement déployés en Irak. L’information a été rapportée, à travers une lettre, ce lundi soir au numéro deux du commandement militaire irakien : les USA comptent « repositionner les forces de la coalition anti-jihadistes dans le but d’un retrait de l’Irak de manière sécurisée et efficace. Nous respectons votre décision souveraine qui ordonne notre départ. »

La lettre en question est signée du général William H. Seely, commandant des opérations militaires américaines en Irak selon deux responsables militaires américain et irakien, cités par l’AFP.

Il y a trois jours, le général iranien Qassem Soleimani, était assassiné lors d’un raid américain à l’aéroport de Bagdad (Irak). Un évènement qui constitue un acte majeur de défiance de la part de Donald Trump et va, très certainement, constituer un tournant dans la crise entre l’Iran et ses alliés face aux Etats-Unis.

Ce matin, une impressionnante foule s’est levée à Téhéran pour accompagner le très populaire général Soleimani, brandissant des drapeaux rouges, en hommage aux martyrs, faisant craindre d’éventuels représailles contre les américains. Pour beaucoup d’observateurs, l’escalade, ce n’est plus qu’une question de temps.

Vous pouvez réagir à cet article