image

L’AVENTURE D’UNE ÉTUDIANTE DEVENUE PATRONNE D’UNE AGENCE DE VOYAGE

image

Amina est une étudiante en Master qui a ouvert une agence de voyage pour permettre à des jeunes de pouvoir poursuivre leurs études à étranger. Malheureusement, elle ne s’est pas arrêtée à cette entreprise puisqu’elle a été prise pour trafic de migrants.

Au Tribunal de grande instance de Mbour, Amina comparaissait pour les faits de trafic de migrants, escroquerie, association de malfaiteurs. En janvier 2022, Diawouné qui veut se rendre en Turquie contacte Amina qui a une agence de voyage. Il lui remet 3,5 millions pour les besoins des titres de voyage. Il arrivera quand même en Turquie. Seulement une fois dans ce pays, Diawouné est refoulé parce que sa carte de séjour n’était pas valable. La prévenue tente de se disculper et indexe un autre Sénégalais qui l’aurait trahie. « Je travaille dans le domaine de l’assistance au visa, le placement de personnes. J’aide les étudiants à voyager. Ce qui s’est passé c’est que j’ai été dupée par un certain Abdoulaye Bèye qui se trouve en Pologne. Il m’a fait croire que mon client pouvait avoir une carte de séjour par anticipation. Il m’a envoyé une vidéo montrant l’authenticité de la carte de séjour. Il a abusé de ma confiance. Quand je l’ai informé de l’expulsion de Diawouné, il a dégagé ses responsabilités », s’est défendue l’étudiante. Les chefs d’inculpation sont si graves qu’elle doit avoir de bons arguments. Et ses conseils n’ont d’autre choix que de compter sur la moralité de leur cliente. Son avocat la présente comme « une femme de caractère mais extrêmement naïve ».

La « plaidoirie » de l’étudiante comme celle d’un avocat

« Elle a fait confiance à une personne qu’elle ne connaît pas. Elle a encaissé de l’argent et a tout remboursé. Il n’y a pas eu de manœuvre ni de fausse qualité. La preuve, quand elle s’est rendue compte que Abdoulaye Bèye n’était pas crédible, elle a refusé un autre client Talla Diop », a plaidé la défense. En tout cas cette étudiante a su tenir en haleine le tribunal par sa plaidoirie. Telle une avocate et c’est sûrement sa franchise, la clarté de ses propos qui lui ont valu une liberté provisoire, en attendant d’être fixée sur son sort le mardi prochain.

Aboubakry KANE (Correspondant à Mbour)

17 décembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article