image

L’AVERTISSEMENT DU PAM

image

Le monde risque de connaître une augmentation exponentielle de la faim, exacerbée par la crise climatique, si l’on ne prend pas les mesures nécessaires pour aider les communautés à s’adapter aux chocs et au stress climatique. L’avertissement est du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies, à l’approche de la Journée mondiale de l’alimentation.

« La crise climatique a le potentiel de submerger l’humanité. Le monde n’est pas préparé à l’augmentation sans précédent de la faim à laquelle nous assisterons si nous n’investissons pas dans des programmes qui aident les communautés vulnérables à s’adapter et à renforcer leur résilience face au changement climatique », a déclaré le directeur exécutif du PAM, David Beasley dans un communiqué parvenu à Emedia.

Les communautés vulnérables, dont une grande majorité dépend de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage et qui contribuent le moins à la crise climatique, subissent le plus gros des impacts avec des moyens limités pour amortir le choc.

Le thème retenu cette année au Sénégal, est : « Agir pour l’avenir – Améliorer la production, la nutrition, l’environnement et les conditions de vie », indique le texte.

Dans ce contexte de célébration de la 41e Journée Mondiale de l’Alimentation, le PAM renouvelle au Gouvernement son engagement à renforcer ses programmes de protection sociale et de résilience. A cet effet, l’Initiative en faveur de la Résilience Rurale, (Initiative 4R) financé par le Fonds Vert Climat s’aligne sur les priorités nationales définies dans le Plan Sénégal Émergent (2019-2035), et contribue à l’atteinte des objectifs définis dans le Plan Stratégique de Pays du PAM (2019-2023).

Ce projet 4R, permet d’accroître la capacité d’adaptation des petits agriculteurs en situation d’insécurité alimentaire et celle de leurs familles ; ceci en augmentant leur résilience à travers la protection de leur environnement et la réduction des risques et des impacts liés au changement climatique. Le PAM continue à soutenir les petits producteurs vulnérables des régions de Tambacounda et Kolda et a progressivement étendu ses activités dans les régions de Fatick, Kaffrine et Kaolack en 2021.

Le PAM réaffirme sa disposition à mettre à la disposition du Gouvernement du Sénégal toute « son expertise dans le domaine de la résilience pour que les personnes affectées par les crises puissent faire face par elles-mêmes aux chocs climatiques », a indiqué Fatiha Terki, Directrice et Représentante Résidente du PAM au Sénégal. « Le PAM favorisera ainsi l’existence de moyens de subsistance équitables au sein du système alimentaire, à travers le renforcement des savoir-faire des communautés et la construction de systèmes alimentaires inclusifs et durables » a-t-elle souligné dans le communiqué.

M.T

15 octobre 2021