« L’ÉMIETTEMENT DE LA RÉGION DE DAKAR N’EST PAS VIABLE »

news-details
LR DU TEMPS

Le débat sur le nouveau découpage de Dakar avec la départementalisation de Keur Massar fait rage. D’ailleurs, à Bambilor, les conseillers municipaux ont rejeté le projet de découpage administratif concernant leur localité.

L’un des invités de l’émission LR du temps, Djibril Diop, spécialiste de la décentralisation a été interpellé sur le découpage de Dakar. Selon lui, il y a toujours des raisons qui guident ces actions prises par les autorités politiques. Lesquelles raisons peuvent, à son avis, être politiques ou pour le développement local. Cependant, constate-t-il pour le regretter : « L’émiettement de la région de Dakar n’est pas viable. L’objectif de la décentralisation c’est le développement local mais, malheureusement, tel n’est pas le cas ». A l’en croire, le découpage administratif a toujours posé problème au Sénégal. Ce, parce qu’il n’est jamais une volonté des populations. Ça vient de l’Etat central. Et, soutient-il : « on ne sait jamais si l’autorité qui fait ce découpage cherche le développement local ou des interlocuteurs politiques pour éviter de perdre le pouvoir. Donc, il y a toujours des raisons qui sont derrière ces découpages ».

Pour sa part, l’autre invité en l’occurrence le journaliste éditorialiste Pape Samba Kane estime que la politique est indissociable de ce genre de choses. Selon lui, quand on regarde les textes de ces découpages, on se dit que les intentions sont bonnes, que c’est pour mieux gérer les populations, mieux mailler la sécurité du pays et le développement des territoires. Mais, regrette-t-il : « leur application sur le terrain pose problème parce que la politique est toujours là. La région devrait suffire pour des pays comme les nôtres. Je ne vois pas pourquoi devrait-on découper ». De même, Pape Samba Kane pense que l’autorité centrale, avant de procéder à un découpage, devrait d’abord prendre le temps d’écouter les populations parce qu’elles ne l’ont pas élue pour conduire les choses, selon son bon vouloir.

Par ailleurs, les deux invités de l’émission ont été interpellés sur le débat relatif à l’audit du fichier électoral après que l’opposition a rejeté les conclusions qui ont été rendues par les experts internationaux. De l’avis du journaliste éditorialiste, si les experts internationaux ne peuvent pas concilier l’opposition et le pouvoir, les choses deviennent compliquées. Pour lui, il faut que les deux camps acceptent de s’entendre sur quelque chose et d’assumer leurs responsabilités respectives. Quant à Djibril Diop, il pense que l’opposition devrait accepter d’aller aux élections avec le fichier actuel d’autant qu’on ne peut pas avoir cette parfaite entente entre les deux camps. « Il faut essayer de dépasser ce débat et, au fur et à mesure, corriger les imperfections », analyse-t-il.

Vous pouvez réagir à cet article