image

L’ENGAGEMENT AFFIRMÉ DES DEUX ABDOU KARIM

image

Le Bureau opérationnel de suivi du plan Sénégal Emergent (Bos/Pse) a clôturé hier l’atelier intensif de structuration, dénommé « Lab » du programme Pse vert. Les résultats des travaux ont été présentés aux ministres en charge du Pse et celui de l’Environnement. Ces derniers ont donné des assurances dans la mise en œuvre de ces projets.

Cinq semaines après son lancement, le ministre chargé du suivi du Pse, Abdou Karim Fofana et celui de l’Environnement et du développement durable, Abdoul Karim Sall, ont clôturé hier l’atelier de structuration « lab » du programme Pse vert. Ce travail multisectoriel a été structuré par le Bureau opérationnel de suivi (Bos). Selon son directeur, El Ousseyni Kane, l’objectif qui était fixé par son institution, en lançant la structuration du Pse vert était de mettre en place un cadre global d’action publique en faveur de la croissance et de l’économie verte au Sénégal.

« Il s’agissait de dynamiser les moteurs de croissance du Pse sensibles à l’environnement. Améliorer la qualité de vie de la population et renforcer la contribution du Sénégal aux efforts de lutte contre le changement climatique. En effet, ce lab ambitionnait de rassembler les différentes politiques sectorielles dans un seul et même cadre afin de favoriser la coordination et l’harmonisation de l’action publique dans une grande majorité de l’initiative en faveur de l’environnement et de la promotion de l’économie verte », a déclaré M. Kane. Ainsi, sur la feuille de route du programme Pse vert, plusieurs domaines sont visés : l’énergie, la foresterie, l’agriculture, l’eau et assainissement, l’industrie, l’urbanisme et la construction. Au terme des cinq semaines de travail de l’équipe de Bos, le ministre chargé du suivi du Pse, Abdou Karim Fofana, s’est réjoui de l’aperçu global des résultats obtenus, avec une dizaine de réformes prioritaire à opérationnaliser. « J’ai noté le niveau d’approfondissement des réflexions, notamment l’indication de la feuille de route pour chaque réforme.

Neuf projets publics structurés pour des besoins de financement estimés à 219 milliards de FCFA, 16 projets privés et communautaires structurés pour des investissements à 90 milliards de FCFA. 4 projets Ppp structurés des investissements estimés à hauteur de 31 milliards de FCFA », s’est félicité M. Fofana. Pour la réussite de cette feuille de route du Pse vert, la mise en œuvre dans les délais des réformes identifiées dans le lab demeure indispensable pour les différents acteurs.

« Abdoul Karim Sall s’engage à diligenter le processus de mise en œuvre des réformes »
D’après le ministre de l’Environnement et du développement durable, Abdoul Karim Sall, il est nécessaire de rechercher les voies et moyens d’y répondre favorablement par des décisions à court et moyen termes. Il rassure que son ministère reste attaché à la dynamique impulsée pour le Pse vert. « De ce point de vue, je prends solennellement l’engagement de diligenter le processus de mise en œuvre des réformes qui relèvent directement de mon département.

Notamment la création du secrétariat exécutif du Pse vert, la création du Fonds national d’appui au financement vert, la révision des Codes forestiers, de la chasse, de l’environnement mais également la relance des lois sur le littoral et sur la biodiversité », s’est engagé M. Sall. Le Sénégal ambitionne dans la deuxième phase du Pse, correspondant à la relance de l’économie suite à la pandémie de Covid-19, de promouvoir à travers le Pse vert, une croissance verte et résiliente au changement climatique. Cette relance se fera assurément à travers la mobilisation du potentiel d’investissements verts dans les secteurs de l’économie, à l’horizon 2035.

Fodé Bakary CAMARA

25 juin 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article