image

L’ENTRAÎNEUR D’ÉGYPTE DEVRA ASSUMER DES CHOIX FORTS

image

Comme on se retrouve, cela pourrait bien être le titre de la manche aller entre égyptien et Sénégalais qui vont s’affronter à nouveau ce vendredi 25 mars au Stade du Caire, un mois et demi après la finale du 6 février 2022 au Cameroun. L’entraîneur portugais des Pharaons, qui pourrait se retrouver sur siège éjectable en cas de nouvelle défaite, a chamboulé son effectif et devra assumer des choix forts.

Pour ces retrouvailles, les deux équipes comptent bien faire le tout pour un résultat favorable. Si le Sénégal a opté pour la continuité, du côté des Pharaons, le sélectionneur Carlos Queiroz a apporté quelques retouches dans son groupe avec pratiquement une dizaine de joueurs qui sortent du groupe comme Ahmed Hegazi de Ittihad FC en Arabie Saoudite, Ramadan Sobhi du Pyramids FC ou encore Akram Tawfik d’ Al Ahly Sporting Club, tous blessés. Mais, à côté de ces impondérables, il y a les véritables victimes des choix sportifs du technicien portugais qui cherche peut-être à créer l’électrochoc suite à cette finale perdue. L’absence la plus remarquée sera certainement celle de Mohanad Lasheen, qui a raté un penalty lors de la séance des tirs au but de la finale. D’ailleurs, il est le seul parmi les absents, à avoir foulé la pelouse du Stade Olembé au Cameroun. Dans le sens inverse, le meneur de jeu d’Al Ahly, Magdi Afsha, absent de la CAN 2021, effectue son retour avec les locaux Yasser Ibrahim d’Al Ahly, Omar Gaber et Nabil Emad tous deux du Pyramids FC. Ils seront naturellement accompagnés des incontournables Mohamed Elneny, Omar Marmoush, Mahmoud Trezeguet, Mostafa Mohamed et l’inévitable Mohamed Salah. L’équation qui reste à résoudre pour Carlos Queiroz sera celui du choix du gardien de but. Entre le très imposant Gabasky qui s’est fait connaitre brillamment à partir des quarts de finale de la CAN au Cameroun et le très expérimenté El Shenawy, présent lors des deux dernières rencontres – perdues – face au Sénégal en 2014, mais également titulaire au début de la CAN, le dilemme sera sans doute cornélien pour le technicien portugais. Mais, aucune erreur ne lui sera permise par un public aussi bruyant qu’exigeant.

De nos envoyés spéciaux au Caire,
BNF, Pape M. DIAW et Sidy NIANG

25 mars 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article