L’ÉPOUSE DE HABRÉ RÉVÈLE DES MENACES DE SANCTIONS

news-details
JUSTICE

Les avocats de Hissène Habré n’ont pas pu tenir leur conférence de presse, comme prévu, devant la prison du Cap manuel de Dakar, où leur leur client séjourne. Econduits par des policiers qui avaient quadrillé les lieux, ils ont rebroussé chemin pour aller expliquer la situation au bâtonnier de l’ordre des avocats, Me Pape Leyti Ndiaye.

C’est finalement l’épouse de l’ancien homme fort de Ndjamena qui a fait face à la presse, dans sa maison sise aux Almadies, pour expliquer la situation carcérale de son mari. Tablette à la main, Fatimata Raymond Habré, visiblement très remontée contre l’administration pénitentiaire, surtout la directrice de la prison du Cap Manuel, est revenue sur les conditions de détention de l’ancien président du Tchad.

Face à la presse, Madame Fatimata Habré a fait savoir que cette dernière lui a signifié qu’elle serait sanctionnée. « Elle m’a dit que des sanctions seront prises à ton encontre. J’imagine que ce seront des mesures restrictives. Mais j’attends demain pour en savoir plus » a soutenu madame Habré non sans indiquer que son époux est victime d’un complot d’Etat.

DES FACTURES DE SOIN BRANDIES

A l’en croire, Hissène Habré, gravement malade, ne reçoit toujours pas de soins. Il est, d’après elle, laissé à lui-même malgré sa douleur. « Aujourd’hui, ils refusent que les avocats de la défense voient leur client alors qu’ils se sont constitués depuis 10 ans pour lui. Hissène Habré a toujours mal. Il s’est fracturé le bras droit » a expliqué madame Habré en brandissant la facture des soins et le bulletin d’admission à la clinique.

« Sa situation est précaire. Je n’ai pas menti. Il souffre. Cela fait des années que souffre. Il a été condamné à la peine de travaux forcés à perpétuité. Je pensais que c’était fini. Mais on continue à le torturer dans sa cellule », explique-t-elle. Avant de demander la directrice de la prison du Cap manuel d’assumer car, « elle sera responsable de tout ce qui arrivera à Hussein Habré », dit-elle.

Vous pouvez réagir à cet article