image

« UN AUDIT SUR LA FACTURATION DE L’EAU EN COURS » (SONES)

image

La 9e édition du forum mondial de l’eau qui se tient actuellement à Diamniadio a été une occasion pour la Société nationale des eaux du Sénégal (SONES) d’annoncer que l’Etat du Sénégal a commandité un audit sur la facturation de l’eau. « Pour conforter nos opinions et les vérifier, l’Etat a commandé auprès d’un grand cabinet de la place un audit. Le moment venu, les résultats seront partagés », a annoncé son directeur général, Charles Fall, selon qui le prix de l’eau n’a pas évolué depuis 2014.

Il a indiqué tout de même que l’eau est fortement subventionnée par l’Etat du Sénégal qui a injecté au moins 10 milliards de Francs CFA pour subventionner sa consommation. La session organisée par la Sones a aussi été une vitrine pour annoncer que d’autres projets sont en cours de formulation par sa société pour assurer la sécurité de l’eau jusqu’à l’horizon 2050. « Aujourd’hui, nous avons assuré la sécurité de l’eau à l’horizon 2030 du moins sur l’axe Dakar-Thiès- Petite côte, nous travaillons pour relever ce défi jusqu’en 2050 », a déclaré le Dg.

L’Ascosen plaide pour la création d’une haute autorité de l’eau

S’agissant du défi de la production d’eau, il a indiqué que notre pays s’est engagé dans un processus de réajustement de la distribution. « Le défi de la production déjà relevé, il y’a simplement des améliorations et réajustements à faire au niveau de la distribution. Nous sommes en train de travailler avec le fermier Sen’ eau. Par ailleurs, des investissements importants avaient été réalisés sur toute l’étendue du territoire national.

Il s’agit, entre autres, des ouvrages de l’Office national des forages ruraux (OFOR) et du Programme de développement communautaire (PUDC) », a dit le Dg. Avant de préciser que : « toutes ces réponses ont permis au Sénégal d’atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) avant échéance 2015. Le Vice-président de l’Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN), Momath Cissé, a évoqué, de son côté, la nécessité de créer une Haute autorité de l’eau pour régler les problèmes dans un secteur où interviennent de nombreux acteurs.

« Dans le secteur de l’eau, il y a beaucoup d’intervenants en milieu urbain et rural. Il y a eu beaucoup d’acteurs. Il va falloir la création d’une Haute autorité de l’eau pour, en cas de problème, voire l’imputabilité », a-t-il soulevé lors d’une rencontre au 9e forum de l’eau des Associations de consommateurs avec les responsables de la Société nationale des eaux du Sénégal (SONES).

Cheikh Moussa SARR

25 mars 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article