image

L’ÉTAU SE RESSERRE AUTOUR DE SALIF SADIO

image

Le chef rebelle savait pertinemment que la prise d’otage des 7 soldats et la mort de 4 autres ne passeraient pas facilement. Alors, après avoir libéré les Diambars, il s’est préparé à des représailles de l’Armée. Entre recrutement de jeunes et récupération d’armes des hommes de Yaya Jammeh, Salif Sadio ne serait pas surpris de cette contre-attaque.

Après avoir conquis la base de Tampindour, la grande muette s’attaque à la base de Karounor dans le nord Sindian, non loin du village gambien de Kanilai. Cette fois-ci, les Diambars n’ont pas opté pour un pilonnage mais « des combats au sol pour récupérer l’une des deux bases qui restent à Salif Sadio dans cette zone », a-t-on appris. Connu pour son expertise de combat au sol, l’armée sénégalaise avance à grand pas sur cette base importante du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc), même si les choses ne sont pas aisées pour les soldats puisque, des sources confient qu’il y a « une forte résistance des hommes de Salif Sadio ».

Et Bés bi a appris que le chef rebelle se serait bien préparé à cette opération de l’armée et aurait, à cet effet, « récupéré l’armement » des hommes de l’ancien président gambien, Yaya Jammeh et « enrôlé plusieurs jeunes pour renforcer son effectif ». D’autres sources sont formelles : « Salif Sadio a fait du recrutement après la libération des 7 otages militaires. » Si l’armée réussit à mettre la main sur Karounor, il ne restera à Atika que la base de Kafoundeu. Mais pour l’instant, les hommes du colonel Cheikh Thierno Ndour ont les yeux rivés sur la base de Karounor, très stratégique pour le chef rebelle.

Tampindour, Salif Sadio perd sa source d’approvisionnement financière

L’armée continue toujours de renforcer son impressionnant dispositif déjà sur place. Avec les flux de populations déplacées en Gambie, les militaires de ce pays frère jalonnent le long de la frontière pour contrôler minutieusement les entrées. Avec la récupération, lundi, de la base de Tampindour que des militaires qualifient de « source d’approvisionnement financière de Salif Sadio », l’armée a presque fermé le robinet aux combattants. En effet, cette base était une sorte de poste de contrôle douanier ou les camions qui transportent du bois en provenance de sa zone verseraient une sorte de « droit de coupe ». « C’est cet argent qui lui sert de budget de fonctionnement, de prise en charge alimentaire et financière de ses hommes », insiste-t-on.

Le double jeu de la Gambie

A quelques semaines des Législatives gambiennes, le Président Adama Barrow s’est allié avec le parti de l’ancien président Yaya Jammeh pour obtenir la majorité au parlement. Pour ne pas frustrer l’électorat de Fogny gambien, le bastion politique naturel de Yaya Jammeh qui a toujours soutenu Salif Sadio, le gouvernement gambien est un peu nuancé dans son communiqué concernant cette opération de sécurisation de l’armée sénégalaise sur cette bande frontalière nord proche de Kanilai. Mais la présence des forces de la Cedeao, essentiellement composées de contingents sénégalais sur cette zone frontalière, rassure sur la stratégie de l’état-major sénégalais de fermer toutes les issues à Salif Sadio et ses hommes.

Assane BA
(Correspondant à Ziguinchor)

16 mars 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article