image

L’INSÉCURITÉ EST-ELLE ALARMANTE AU POINT-E ?

image

Ngnith est encore sous le choc. C’est dans ce village niché au plein cœur du Walo, à proximité du Lac de Guier, qu’est originaire, le jeune taximan, Moustapha Gueye, tué dans son véhicule, ce mercredi 24 novembre, 2021, aux alentours de 3h du matin, dans le quartier résidentiel du Point-E. Fort heureusement, les éléments du commissariat sont parvenus à neutraliser les présumés meurtriers quelques heures plus tard. Une belle prouesse réussie par les hommes commissaire Ahmet Tidiane Thiam.

Ce crime repose le débat sur la sécurité des populations. Surtout dans les quartiers résidentiels comme Point-E. Sur Emedia, le 21 novembre passé, le ministre Abdou Karim Fofana décriait une insécurité galopante dans ce quartier et accusait directement le maire de la commune Palla Sambe. « Notre maire aurait pu comprendre que dans notre commune, il y a 5 priorités. La première des priorités, c’est la sécurité. Tout le monde s’en plaint. On ne peut pas être dans une commune où si vous avez les moyens d’avoir un gardien, vous êtes en paix et si vous n’en avez pas vous n’avez pas la paix. Que ce soit Sicap rue 10, Amitié 1 et 2, les agressions, les vols à l’arraché sont le quotidien des populations », avait-il indiqué.

Insécurité minime

Ce sentiment d’insécurité relatait par le ministre en charge du suivi du PSE, tête de liste majoritaire de la coalition BBY pour la mairie de Fann, Point E, Amitié, n’est pas le mieux partagé chez les populations de Point-E. Croisé devant le ministère de la Culture, en face du commissariat du Point- E, Omar Gueye, tout de vert vêtu, pense le contraire. Pour lui, on ne peut pas parler d’insécurité dans cette localité. « En tant qu’animateur culturel, il nous arrive de rentrer tard des concerts. Mais à chaque fois que l’on rentre, à des heures tardives, pour déposer le matériel, on trouve la voiture de la police en train de faire des patrouilles », observe M. Gueye. Il partage ce même sentiment avec Doro Sy. Trouvé devant une agence immobilière, aux alentours du commissariat de Point E, M. Sy confirme les propos d’Oumar Gueye. Pour ce vigile, l’insécurité est minime au niveau ce quartier. « Depuis que je suis à ce poste, je n’ai constaté qu’un seul cas de vol. C’est un individu qui essayait de déverrouiller les portières d’une voiture, mais il a été vite neutralisé par les riverains », renseigne-t-il.

La police relativise

Interrogé sur la question, le commissaire du Point-E relativise. « Le sentiment de sécurité ou d’insécurité est relatif », estime Ahmet Tidiane Thiam. Commissaire Thiam d’ajouter : « Ici au Point -E, on ne peut pas dire qu’il y a une insécurité. Vous avez vu qu’au niveau de la corniche, il y a des montages au niveau de chaque coin. Nous faisons des patrouilles constamment. Jour comme nuit. Vous avez même remarqué que nous avons immobilisé pas mal de scooters dans l’enceinte du commissariat. Leurs propriétaires sont poursuivis pour vol à l’arraché », a-t-il fait savoir.

Et même si leurs moyens sont limités, le commissariat du Point E bénéficie d’un important renfort de la part du commissariat central. « Nous sommes très réactifs sur le terrain. Dès que les populations nous sollicitent, nous réagissons. D’ailleurs, c’est ce qui nous a permis de retrouver les supposés meurtriers du taximan dans les meilleurs délais », a indiqué commissaire Ahmet Tidiane Thiam.

Babacar FALL
Photo : Abdoulaye SYLLA

26 novembre 2021