image

« L’INSTABILITÉ NAIT DE L’INSATISFACTION DES POPULATIONS » (CHRISTOPHE YVETOT)

image

Les coups d’État se succèdent en Afrique de l’Ouest. Le dernier en date aurait été déjoué dans la nuit de mardi à mercredi en Gambie, contre le pouvoir de Adama Barrow. Avant, c’était en février dernier, en Guinée Bissau, visant le président Umaro Sissoco Embaló. Abordant la question devant le Jdd, ce dimanche, le représentant de l’Onudi au Sénégal, en Gambie, en Guinée-Bissau, au Cap Vert et au Sahel, retient que « l’instabilité naît de l’insatisfaction des populations. »

Il explique : « L’insatisfaction, elle vient du fait de voir dans les pays qui ont toutes les richesses, si vous prenez la Guinée, et la plupart des pays qui ont tout sur leur sol, et quand la population reste pauvre, c’est évident qu’après des dizaines d’années, il y a une frustration énorme. En plus, il y a de plus en plus de jeunes. Je pense que si les pays veulent avancer, il faut qu’ils avancent vraiment dans cette voie du développement industriel. Les jeunes préfèrent utiliser leur talent qu’à lancer des pierres dans des manifestations. Donc, si on donne l’opportunité aux jeunes de s’insérer dans la société pour pouvoir avoir un futur plutôt que soit de faire des révolutions ou d’émigrer, je pense que c’est ça le cœur. »

Sur la question de la limitation des mandats présidentiels, « c’est très compliqué », a-t-il répondu. Par exemple : « aux États-Unis, c’est deux et pas plus. En Allemagne, Angela Merkel a fait quatre mandats. Donc, je n’aurai pas une position tranchée sur le nombre de mandats. » L’enjeu, a-t-il insisté, « c’est surtout de satisfaire sa population ».
Pour lui, le Sénégal gagnerait à préserver « sa stabilité, sa démocratie, et sa maturité politique ».

Dié BA
Abdoulaye SYLLMA (Photo)

25 décembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article