image

L’INSTITUT YUNUS EMRE S’INSTALLE À DAKAR

image

Le Centre culturel turc a officiellement ouvert ses portes au Sénégal. Il a été inauguré mardi dernier devant les autorités sénégalaises et turques. Son but : faciliter l’échange culturel et artistique entre les deux pays.

L’institut Yunus Emre (Eee), un centre culturel turc, sis à Fann, a été inauguré, mardi, par l’ambassadeur de la Turquie à Dakar, Ahmet Kavas. C’est un lieu qui offre un enseignement de la langue turque aux personnes qui le désirent. Son objectif est de faciliter l’échange culturel et artistique entre le Sénégal et la Turquie. Ce centre est composé d’une bibliothèque de deux salles de cours, d’une salle de conférence qui peut faire office de salle de projection de cinéma, d’une salle traditionnelle turque et d’un espace vert où est érigé une estrade pour les spectacles.

Selon le président des instituts Yunus, Pr Seref Ates, le but de l’institut Yunus Emre est de raffermir les relations entre la Turquie et le Sénégal et de transmettre la culture et la langue turques ainsi que de découvrir la culture sénégalaise. « Le but n’est pas que de présenter la culture turque. C’est aussi de reconnaître et de découvrir la culture sénégalaise. Pour nous, les cultures se complètent. C’est-à-dire, une culture ne suffit pas. On a besoin de voir la culture d’en face » a déclaré le président, indiquant que les deux pays doivent se connaître mutuellement afin d’augmenter leurs échanges économiques. « L’institut devra faciliter la mise en relation des Sénégalais et des Turcs ».

Abondant dans le même sens, la directrice du centre Yunus Emre de Dakar, Merve Isik El Sikma, ajoute : « Le plus important, c’est de nous découvrir les uns les autres. Il y a une bibliothèque ouverte au grand public ». A son avis, la langue est importante dans la mesure où sans elle, des personnes qui ne se connaissent pas ne peuvent pas commercer. En plus, ajoute-t-elle : « l’institut permet d’accroître la connaissance entre les deux peuples et d’établir une confiance réciproque entre les communautés ».

Les Turcs ont beaucoup de respect
Prenant la parole, Aminata Gueye fonctionnaire des Nations Unies à la retraite, souligne qu’il y a des ressemblances entre la culture turque et l’Afrique, avec le Sénégal en particulier. Une raison pour elle d’apprécier le partenariat qui existe entre la Turquie et les pays africains.

« J’ai apprécié l’humanisme des interventions de la Turquie et le respect avec lequel elle intervient. C’est bien de donner, mais quand on aide en respectant l’être humain, ça fait une différence. Les Turcs ont beaucoup de respect, beaucoup de connaissances technologiques et de techniques. Je suis pour un partenariat gagnant-gagnant. Chaque personne, chaque pays a des capacités. Peut-être, il y a quelque chose qui manque, c’est ça qu’on va donner aux étrangers pour qu’on puisse apprécier leur manière de faire », a expliqué la dame, renseignant que sur le plan économique, bon nombre de sénégalais achètent des marchandises en Turquie pour les revendre au Sénégal. « Cela est surtout au bénéfice de la Turquie. Mais il faut aussi voir ce qu’on peut prendre ici pour le vendre là-bas », précise l’ancienne diplomate.

76 footballeurs dans le championnat turc
Selon l’ambassadeur de la Turquie à Dakar, Ahmet Kavas, les deux pays ont des relations séculaires. Cela, rappelle-t-il, date de l’époque coloniale. « La communauté turque au Sénégal se chiffre entre 2 000 et 3 000 résidents et non-résidents. Et de l’autre côté, la communauté sénégalaise est très forte en Turquie dont 1 000 étudiants. A côté de cela, il y a 76 footballeurs dans le championnat turc », explique-t-il. Ce qui, d’après le diplomate, signifie que les relations entre nos deux pays ne peuvent pas se limiter simplement à l’aspect économique. « Il faut aussi reconnaître que le Sénégal a beaucoup d’intellectuels comme El Hadj Oumar Tall, Cheikh Hamidou Kane, Cheikh Anta Diop. On veut que les œuvres de ces auteurs soient traduites en turc. On entend partager la langue turque », souhaite-t-il. Et l’ambassadeur Kavas de dire qu’à l’instar des autres instituts Yunus Emre dans le monde, le centre de Dakar aura, entre autres missions, la promotion de l’éducation à travers l’enseignement du turc et de la turcologie par le biais de collaborations avec des établissements d’enseignement.

Dans un document remis à la presse, il est mentionné que par l’art, ils organisent des centaines d’activités chaque année afin de promouvoir « Notre culture et notre art à travers le monde. Tout en renforçant l’amitié entre la Turquie et les autres pays, en augmentant les échanges culturels dans le monde entier dans de nombreux domaines tels que l’artisanat, la musique, l’art, la littérature, la langue, la cuisine et le cinéma », renseigne le texte.

Adama Aïdara KANTE

26 février 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article