L’OMBRE D’IDRISSA DIALLO

news-details
An 19 du naufrage du Joola

Le comité d’initiative pour l’érection du Mémorial-Musée Le Joola connaît un nouveau souffle. Des jeunes ont pris le relais des membres fondateurs dont certains sont aujourd’hui décédés. Leur ombre a plané lors du point de presse que la nouvelle équipe a animé, ce mercredi 8 septembre, en prélude de la commémoration du 19e anniversaire du bateau Le Joola.

D’ailleurs, les jeunes ont commencé par leur rendre hommage avant de dérouler leurs activités. "Cette rencontre avec la presse nous offre l’occasion de prier pour nos amis qui nous ont quittés. Il s’agit de Moussa Cissokho, Idrissa Diallo, Landing Massaly et Abdourahmane Tine. Que Dieu les accueille dans son Paradis. Amen !", a lu Samsidine Aïdara, orphelin et nouveau membre du comité.

Il ajoute qu’ils comptent leur rendre hommage par une série de témoignages, le 22 septembre prochain, quatre jours avant la commémoration du naufrage. Le Joola, ferry qui assurait la navette entre la capitale sénégalaise et la région naturelle de Casamance, a sombré le 26 septembre 2002, causant 1 863 morts et disparus, selon le bilan officiel.

Parmi les victimes, trois enfants d’Idrissa Diallo. Des États-Unis où il se trouvait, il est informé du naufrage du bateau le « Joola », dans lequel se trouvaient ses trois garçons. Son aîné, âgé de 15 ans, venait de décrocher son Brevet de fin d’études moyennes (BFEM). C’est en fréquentant les familles des victimes du bateau, qu’il décide de se battre à leurs côtés, devant un État qui, enrageait-il, leur manquait de considération. « J’ai commencé ainsi à retrouver goût à la vie », laissait-il entendre. Ce qui lui a valu d’être nommé président du collectif de coordination des familles de victimes du « Le Joola ».

Défunt maire (socialiste) de la commune d’arrondissement de Dalifort-Foiral, dans la banlieue de Dakar, Idrissa Diallo est une figure emblématique du combat pour la vérité dans l’affaire du Joola. Depuis le naufrage, il était devenu l’un des opposants les plus farouches au régime de l’ancien président Abdoulaye Wade, de 2000 à 2012.

Jusqu’à sa mort, il a toujours réclamé le renflouement du bateau.

Vous pouvez réagir à cet article